Le Hamas n'a pas épargné les musulmans bédouins israéliens
   Temps de lecture - 6

Le Hamas n'a pas épargné les musulmans bédouins israéliens

"Le 7 octobre, ils ont tiré sur l'islam. Le Hamas n'a pas épargné les musulmans bédouins israéliens : il les a tués, battus, volés et a conduit leurs enfants à Gaza. Reportage de la chaîne 12 de la télévision israélienne.

Le Hamas n'a pas épargné les musulmans bédouins israéliens
Reportage de la chaîne 12 de la télévision israélienne.
(Bilal et Aisha al-Ziadna, mentionnés dans le reportage, sont déjà revenus de captivité du Hamas).

Des Bédouins autrefois favorables à la cause palestinienne "cherchent à se venger" après avoir été pris pour cible lors de l'assaut du Hamas contre Israël, selon un membre de l'organisation

Lorsque Tamer Masudin a entendu les sirènes retentir dans sa ville de Ramat HaSharon samedi matin, il s'est immédiatement senti perdu.

Était-ce le jour du souvenir, qui honore les héros militaires israéliens tombés au combat ? Non, c'est en mai, se dit-il.

Cet analyste de 26 ans a donc saisi son téléphone et a été rapidement inondé d'images et de vidéos de l'attaque surprise du Hamas au petit matin, qui a déclenché une guerre d'une intensité inimaginable.

C'est alors que ses pensées se sont tournées vers son frère, Samer. Ce lycéen de 18 ans a récemment subi une greffe du foie et se trouve en convalescence avec sa famille dans la ville de Sderot, à quelques minutes de la bande de Gaza.

"La première chose qui m'est venue à l'esprit, c'est que je devais sauver mon frère", a déclaré Masudin au Post jeudi.

"Le gamin venait de subir une greffe du foie et il était en convalescence", poursuit-il. "Il n'était pas en état de courir, et encore moins de se cacher des gens.

"Le 7 octobre, ils ont tiré sur Islam" Tamer Masudin et son frère Samer. Avec l'aimable autorisation de Tamer Musudin
Tamer Masudin et son frère, Samer.Courtesy
Tamer Musudin

Masudin a déclaré qu'il s'était inquiété pour son frère, qui venait de subir une greffe du foie, dès qu'il avait appris que le Hamas avait tiré des roquettes et envoyé des hommes armés de l'autre côté de la frontière israélienne samedi matin. 

"Je savais que dès qu'il sortirait de l'appartement, si quelqu'un le voyait, il serait abattu", a-t-il déclaré. "Il sera parti en une seconde".

On pourrait penser que la famille de Masudin est en sécurité, même dans un tel chaos, parce qu'il s'agit de Bédouins, une tribu historiquement nomade qui erre dans les déserts du Moyen-Orient depuis des milliers d'années.

"Nous sommes des Arabes traditionnels, pas très différents des Arabes des Émirats arabes unis ou d'Arabie saoudite. "Notre langue maternelle est l'arabe et nous sommes tous musulmans.

Mais cette attaque était différente, a déclaré M. Masudin.

"Le 7 octobre, ils ont tiré sur l'Islam" - L'assaut du Hamas a été mené par voie terrestre, maritime et aérienne.
L'assaut du Hamas a été mené par voie terrestre, maritime et aérienne. Certains tireurs ont volé en parapente, comme sur la photo. X/@XTrendHunter

Les roquettes du Hamas ne font aucune distinction entre Arabes et Juifs - elles tombent là où elles tombent. Mais les hommes armés qui ont franchi la frontière à toute allure, massacrant et enlevant sur leur passage, ne faisaient pas non plus de discrimination.

"J'ai vu des reportages sur des terroristes du Hamas qui tuaient des musulmans à l'intérieur d'Israël après s'être infiltrés à la frontière", a-t-il déclaré. "J'ai été terrifié dès que j'ai entendu la nouvelle, extrêmement terrifié.

D'autant plus que la famille de Masudin est originaire du village bédouin de Segev Shalom, dans le sud d'Israël, à une heure de route de la frontière avec Gaza.

"Tous les membres de ma famille - mes frères et sœurs, mes parents, mes cousins - vivent à Segev Shalom", a-t-il déclaré. "Et certains d'entre eux sont même dans l'armée, ou ont été appelés dans les réserves pour servir en ce moment même.

Mais Sderot a été particulièrement touchée.

L'attentat - et la guerre qui en découle - ont déjà fait plus de 1 000 morts de part et d'autre. AFP via Getty Images
L'attaque - et la guerre qui en découle - a déjà fait des milliers de morts dans les deux camps. AFP via Getty Images

Les civils des deux camps ont été pris entre deux feux et tués en grand nombre. "Le 7 octobre, ils ont tiré sur l'islam
Des civils des deux côtés ont été pris entre deux feux et tués en grand nombre. ALAA BADARNEH/EPA-EFE/Shutterstock

Des hommes armés ont fait irruption dans la ville samedi matin avec leurs fusils automatiques, tuant des civils et se battant avec des unités de la police locale dans des échanges de tirs qui ont consumé la ville.

Ils se sont même emparés du poste de police local avant que des renforts des forces de défense israéliennes ne l'encerclent et ne massacrent les extrémistes restants.

Samer a eu de la chance.

Masudin a appelé la police et les militaires ont récupéré Samer - après plusieurs jours d'inquiétude - et l'ont remis à sa mère à Segev Shalom.

Si la famille de Masudin a échappé de justesse à la tragédie, ce n'est pas le cas de nombreux membres de la communauté bédouine.

Des personnes de sa connaissance sont mortes au cours de l'assaut, par balle ou par missile. Le Hamas a en outre kidnappé des dizaines de Bédouins et les a ramenés à Gaza.

Un garçon palestinien est soigné dans un hôpital après une frappe israélienne sur sa maison à Rafah, dans la partie sud de la bande de Gaza. Ismael Mohamad/UPI/Shutterstock
Un garçon palestinien est soigné dans un hôpital après une frappe israélienne sur sa maison à Rafah, dans la partie sud de la bande de Gaza. Ismael Mohamad/UPI/Shutterstock

Le Hamas aurait tué des centaines de civils, dont ces participants à un festival de musique dans le désert.
Le Hamas aurait tué des centaines de civils, dont ces participants à un festival de musique dans le désert.

"Nous ne connaissons toujours pas leur situation : s'ils sont vivants, s'ils sont morts, s'ils sont blessés", a-t-il déclaré. "Tout ce que nous savons, c'est que samedi, une quarantaine de personnes de ma communauté ont disparu et que personne ne peut les joindre.

Mais au-delà de l'horreur quotidienne infligée par l'organisation terroriste, l'attentat a empoisonné la vie des Bédouins qui auraient pu éprouver une certaine sympathie pour le sort des Palestiniens, qui sont également des musulmans sunnites.

"Ce qui a poussé le Hamas à décider de cette attaque a fondamentalement coupé cette connexion, l'a tuée et l'a enterrée profondément dans le sol", a déclaré M. Masudin.

"Et maintenant, ma communauté - outre le fait qu'elle est complètement énervée - cherche à se venger des gens qui ont fait ça", a-t-il déclaré, ajoutant qu'à son avis, le Hamas n'est pas mieux qu'ISIS.

Personne ne peut justifier la façon dont ils brûlent, tuent et décapitent des bébés dans le sud d'Israël et dire : "Oh oui, c'est notre résistance, un combat pour la libération"", a-t-il déclaré.

"Même s'il s'agissait d'une lutte pour la libération, elle est morte aujourd'hui.

NewYorkPost Les Palestiniens ne veulent pas gouverner Gaza


Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !