Analyse des victimes de conflits
   Temps de lecture - 3

Les chercheurs de la Foundation pour la Défense des Democracies (FDD) ont remarqué une annonce intrigante du ministère de la santé de Gaza le 6 avril. Il a déclaré qu'il n'y avait pas de données ou qu'il y avait de données insuffisantes sur 11 371 des 33 091 Palestiniens décédés. Officiellement, cela signifie l'absence de numéros d'identification, de noms complets, de dates de naissance ou de décès. En fait, on ne sait rien ou presque rien sur ces personnes, si ce n'est qu'elles figurent sur une liste de victimes. Il est intéressant de noter que ce chiffre est inférieur de 900 au nombre d'"inconnus" signalé trois jours auparavant, ce qui soulève des questions sur ce qui s'est passé pendant cette période.

La source d'information est cruciale - Le ministère de la santé a déjà admis qu'il ne disposait pas de données précises sur plus de 15 000 décès, mais il est persuadé que ces décès proviennent de "sources médiatiques fiables", sans préciser de quels médias il s'agit. Dans un premier temps, les responsables palestiniens ont affirmé - et continuent d'affirmer dans leurs rapports - que les chiffres réels proviennent des admissions à l'hôpital. Cependant, pour les besoins des médias, les détails restent vagues. Les rapports officiels exigent la divulgation des sources, révélant que jusqu'à un tiers des décès signalés proviennent de "sources fiables".

Fondation pour la défense des démocraties

Analyse des victimes de conflits

Selon les données de l'IDF, le nombre de morts dans le conflit de Gaza présente un scénario distinct. Avec plus de 12 000 militants déclarés éliminés et un nombre sous-estimé de 11 000, le nombre total de morts s'élève à environ 25 000. Fait remarquable, au moins 50 % d'entre eux étaient des terroristes du Hamas. Ce ratio est frappant dans les guerres urbaines, où les pertes civiles dépassent généralement de loin les pertes des combattants, les chiffres habituels étant d'environ 7 à 8 civils pour chaque combattant. Toutefois, dans ce conflit, le rapport est sans précédent - 1:1. Ce phénomène représente un cas exceptionnel de "génocide" qui deviendra probablement un sujet d'étude dans les institutions militaires.

Préoccupations relatives à la collecte de données

Les experts s'interrogent depuis longtemps sur l'intégrité de la collecte des données, comme l'a montré le rapport du ministère de la santé de Gaza entre le 26 octobre et le 10 novembre de l'année dernière. Ses rapports quotidiens sur les victimes, qui montrent curieusement une augmentation régulière qui défie le chaos du monde réel, font état d'une moyenne de 270 victimes par jour, avec une variance de 15 %. Les données ne présentent curieusement aucune corrélation entre les victimes féminines et les victimes enfants, ce qui va à l'encontre de l'idée selon laquelle les pics de décès de femmes correspondraient aux décès d'enfants. Cette absence de cohérence logique dans les rapports jette un doute sur leur validité.

Divergences dans les rapports sur les victimes de Gaza

Des rapports font état de cas de "résurrections" parmi les personnes décédées à Gaza. Notamment, le 29 octobre, le nombre de morts chez les hommes a baissé de 29 par rapport à la veille. Il semble que le nombre de victimes ait été manipulé pour correspondre à un scénario préétabli. Les directives du Hamas semblent exiger qu'au moins 70 % des victimes soient des femmes et des enfants, ce qui pourrait entraîner une inclusion arbitraire dans le décompte. Il convient de noter qu'un pourcentage aussi élevé de femmes et d'enfants parmis les victimes est sans précédents dans les nombreuses actions militaires menées par Israël à Gaza.

Il convient de mentionner la situation concernant les pertes masculines. Le 15 février, le HAMAS a reconnu avoir perdu 6 000 combattants, un chiffre important qui équivaut à 20 % du nombre total de morts rapporté à ce moment-là. Cela signifie que seulement 10 % environ des personnes décédées étaient des hommes non combattants, ce qui constitue une statistique singulière.

0 0 votes
Classement des articles

S'abonner
Notifier
invité

0 Commentaire
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires

Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.

Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur le droit d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

0
J'aimerais avoir votre avis, n'hésitez pas à commenter.x
wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !