Menace du Hamas et du Hezbollah
   Temps de lecture - 8

L'épreuve de force d'Israël : L'équilibre entre le Hamas, le Hezbollah et l'opinion publique

Les événements récents en Israël ont plongé le pays dans une situation complexe et difficile. Les actions du Hamas dans la bande de Gaza ont non seulement constitué une menace sérieuse pour les colonies israéliennes, mais ont également intensifié les tensions avec le Hezbollah au Liban. Israël se trouve donc pris dans un piège stratégique, confronté à des menaces accrues et à la possibilité d'une guerre prolongée sur plusieurs fronts.


Le conflit palestinien refait surface

Depuis des années, le conflit israélo-palestinien et la confrontation avec le Hezbollah couvent sous la surface. Toutefois, le récent massacre orchestré par le Hamas dans les colonies entourant la bande de Gaza a ravivé ces questions de longue date, les plaçant au premier plan de l'agenda régional. Cette résurgence a même inspiré d'autres organisations extrémistes dans la région, dans l'espoir de s'unir et de démanteler progressivement les défenses d'Israël.

La menace croissante du Hamas et du Hezbollah


La menace croissante du Hamas et du Hezbollah

Si l'Iran et le Hezbollah n'ont pas plongé tête la première dans la guerre, comme l'espéraient les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza, ils s'engagent activement dans la lutte contre Israël. Leur implication dans le conflit a limité les forces importantes des Forces de défense israéliennes (FDI) dans le nord du pays. La vision exprimée par feu le général Qasem Soleimani, concernant le "cercle de feu" entourant Israël, commence à se concrétiser.


Des illusions qui volent en éclats

Pendant plus d'une décennie, Israël s'est raconté des histoires flatteuses : L'Iran est transparent pour les services de renseignement israéliens (fait : le Mossad a volé les archives d'un projet nucléaire à Téhéran) ; la "campagne entre les deux guerres" menée par Tsahal endommage les armes du Hezbollah et laisse l'Iran et ses alliés impuissants ; chaque round de combat dans la bande de Gaza se termine par un avantage écrasant d'Israël et affaiblit le Hamas ; en Cisjordanie, si un Palestinien rêve d'une attaque terroriste pendant la nuit, le Shin Bet apparaît sur le pas de sa porte le matin et l'arrête.

Cependant, ces illusions ont été brisées avec un bruit assourdissant pendant la fête de Simchat Torah dans la zone frontalière adjacente à la bande de Gaza. Les résultats obtenus par Israël dans la bande de Gaza au cours de 12 semaines de combat ne doivent pas être sous-estimés. Israël possède un avantage certain en termes de puissance de feu, de technologie, de renseignement et d'intégration de ces éléments. L'esprit de combat et le professionnalisme des commandants et des soldats de l'armée israélienne, ainsi que l'important soutien américain, donnent à l'armée israélienne un avantage partout où elle affronte directement le Hamas. Dans presque tous les cas, le Hamas subit des pertes disproportionnées par rapport à celles de Tsahal.

L'évaluation des pertes et le défi souterrain


L'évaluation des pertes et le défi souterrain

Néanmoins, il est essentiel d'aborder avec prudence le décompte des terroristes tués par Israël. Alors que l'on parle de 8 000 terroristes éliminés, les rapports des services de renseignement indiquent que ces chiffres sont basés sur une "fiabilité moyenne". En d'autres termes, il est tout à fait possible que Tsahal tombe dans le piège de la surestimation des pertes de l'ennemi, un écueil dont l'armée américaine a souffert pendant la guerre du Viêt Nam.

La situation actuelle à Gaza diffère des conflits précédents. Ce n'est pas seulement le paysage urbain dense qui pose problème, mais aussi le fait que le Hamas place intentionnellement ses formations de combat parmi la population civile (des soldats rapportent que des armes ont été trouvées dans une maison sur deux). Le facteur décisif pour le Hamas réside dans l'espace souterrain. Le système de tunnels s'est avéré infiniment plus complexe et puissant que tout ce que la communauté du renseignement savait avant la guerre.

Préparation du Hamas et réponse d'Israël

Le chef du Hamas, Yahya Sinwar, au cours des 12 années qui ont suivi sa libération d'une prison israélienne dans le cadre de l'accord Shalit, n'a pas dépensé d'argent pour des orchestres de jeunes à Jabalia ou des centres de tennis à Khan Yunis. Chaque shekel a été consacré au renforcement des capacités militaires et à la préparation de la guerre avec Israël. Les milliards transférés par le Qatar à la bande de Gaza ont été principalement utilisés à ces fins ou, à tout le moins, ont fourni au Hamas les ressources nécessaires pour renforcer sa puissance militaire.

Préparation du Hamas et réponse d'Israël

La vaste et rapide manœuvre terrestre d'Israël à Gaza a pris le Hamas par surprise. Toutefois, les dommages importants infligés aux bataillons du Hamas dans la partie nord de la bande de Gaza n'ont pas empêché l'organisation de continuer à se battre avec ce qui lui restait. Au lieu d'utiliser des pelotons et des compagnies, de petites escouades ont été déployées, des combattants sont sortis des tunnels, ont attaqué les forces israéliennes et ont rapidement battu en retraite.


La troisième phase

Les FDI comptent sur l'accumulation de réalisations graduelles et progressives pour finir par écraser le potentiel militaire du Hamas. La destruction d'un nombre croissant de tunnels, de puits, de terroristes et d'armes finira par entraîner l'effondrement des capacités militaires du Hamas. Toutefois, l'opinion publique israélienne est un facteur essentiel dans cette équation. Face à l'inquiétude croissante que suscite l'augmentation du nombre de victimes, les citoyens perdent peu à peu leur admiration pour les résultats obtenus, malgré les rapports enthousiastes du porte-parole de l'armée israélienne sur les dernières opérations menées par les différentes brigades.

Ces doutes sont aggravés par des défis supplémentaires, tels que la nécessité de conserver une quantité importante d'armes en préparation d'une guerre intense avec le Hezbollah dans le nord, la pression prolongée sur le système de réserve, les pressions économiques et l'épuisement psychologique des soldats dans la bande de Gaza. L'accumulation de ces circonstances renforce le soutien en faveur d'un changement du mode d'opération, y compris au sein de l'état-major général. Depuis plus d'un mois, les forces de sécurité israéliennes et l'administration américaine discutent d'une transition vers ce que l'on appelle la troisième phase.

Cette phase implique l'établissement d'un périmètre de sécurité étroit dans la bande de Gaza, le maintien d'une zone tampon entre les parties nord et sud (une question controversée à ce jour), une réduction des forces, la libération des réservistes et le passage à des raids au niveau des brigades contre les bastions restants du Hamas.

Lorsque le chef d'état-major général Aviv Kochavi a fait une brève déclaration en début de semaine, il était possible de discerner l'orientation générale. Il n'y a pas de solutions magiques ou de raccourcis, a-t-il déclaré. "Nous atteindrons les dirigeants du Hamas, que cela prenne une semaine ou des mois. En d'autres termes, les FDI ont l'intention d'opérer pendant une période prolongée, avec des degrés d'intensité variables.

Menace du Hamas et du Hezbollah


Tirer les leçons de l'opération "Bouclier défensif" (Defensive Shield)

Les partisans du passage à une nouvelle phase citent souvent le précédent de l'opération "Bouclier défensif". L'opération de 2002, au plus fort de la seconde Intifada, a permis de réduire le terrorisme palestinien en Cisjordanie. Toutefois, l'objectif n'a pas été atteint au cours de l'opération elle-même, qui a mobilisé cinq divisions, mais au cours des deux années qui ont suivi, grâce à des centaines d'opérations de moindre envergure qui ont progressivement érodé les forces de l'ennemi.

Les circonstances dans la bande de Gaza sont plus complexes, et la tendance à la réduction des forces offensives est motivée à la fois par le sentiment que le format actuel s'est épuisé et par des doutes quant à la résilience à long terme de la société israélienne et à sa capacité à relever les défis.


Alors qu'Israël navigue dans un paysage géopolitique complexe, il devient de plus en plus crucial d' équilibrer les menaces posées par le Hamas et le Hezbollah tout en gérant l'opinion publique. La réponse du pays doit être multiforme et combiner la force militaire, la planification stratégique et une communication efficace pour relever les défis qui se présentent. Ce n'est qu'ainsi qu'Israël pourra maintenir sa position de force et de sécurité dans la région.

Haarez


Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !