Bernard-Henri Lévy Arrêtez la guerre à Gaza
   Temps de lecture - 6

Arrêter la guerre à Gaza
Bernard-Henri Lévy

Traduit par Matthew Fishbane

Pour le philosophe, il n'y a pas d'autre solution pour rétablir la paix à Gaza que la libération de tous les otages et la reddition du Hamas.

Un vent de haine souffle sur Israël, mais aussi, de San Diego à Zurich en passant par Paris, sur les communautés juives du monde.

  • Un soldat américain, Aaron Bushnell, s'immole par le feu en solidarité avec la Palestine.
  • Aux États-Unis, un électorat de gauche comme de droite conteste avec de plus en plus de véhémence le soutien de M. Biden à Israël.
  • Le Brésil de Lula et l'Afrique du Sud des héritiers de Mandela dénoncent les prétendus crimes contre l'humanité commis par Israël : "C'est de l'apartheid, c'est du génocide", disent-ils.
  • Et maintenant, les images terribles du convoi humanitaire dans la ville de Gaza et ses dizaines de morts, certains écrasés par la foule affamée, d'autres jetés sous les roues du camion, d'autres encore tués par des soldats paniqués de l'escorte israélienne.
  • Trop, c'est trop, scandent les grands et les bons de la mondialisation.
  • C'est assez, déclarent les chancelleries, presque à l'unisson.

Il s'agit d'une dispute mondiale, d'un tumulte, d'un tollé planétaire.

Peu importe...

Peu importe que ce soit l'IDF elle-même qui, dans le drame du convoi humanitaire, ait initié l'enquête concluant (chose peu commune dans une armée "génocidaire" !) qu'elle partageait la responsabilité des morts civiles accidentelles.

Peu importe que les États-Unis aient ensuite réussi à tuer cinq civils palestiniens lors d'un parachutage, non pas parce que quelqu'un avait l'intention de le faire, mais parce qu'il est difficile d'effectuer des missions humanitaires dans une zone de guerre.

Peu importe qu'un cinquième de la population de ce pays "sous apartheid" soit composé d'Arabes, de Musulmans et de Palestiniens, qui (sans parler des minorités chrétiennes, druzes ou bédouines) jouissent des mêmes droits civiques que leurs concitoyens juifs.

Et ne parlons pas de l'étonnante inversion des rôles qui fait que ceux qui crient au génocide sont les mêmes qui appellent à la naissance d'une Palestine allant du Jourdain à la mer, ce qui impliquerait un nettoyage ethnique purgeant la région entière de toute présence juive. (Apparemment, le génocide pur est acceptable, alors que le génocide imaginé mérite un cri passionné).

Voici où nous en sommes

Ces fiers membres de l'Empire mondial de Palestine ne bronchent guère lorsque la Chine commet un génocide contre ses Ouïghours, l'Iran contre ses Kurdes, et Poutine contre les Tchétchènes ou les Ukrainiens.

Ils ne trouvent rien à redire au fait que la Turquie néo-ottomane reprenne, au Nagorny-Karabakh, sa guerre sans fin contre le peuple arménien.

Je ne vois aucune mobilisation sur les campus lorsqu'un État arabe, la Syrie, tue non pas des milliers, mais des centaines de milliers de civils, avec le soutien de l'Iran, qui promet des massacres encore plus importants contre les Juifs et tous ceux qui, dans la région, osent s'opposer à lui.

Mais maintenant, il s'agit d'Israël.

À propos d'Israël

Il s'agit d'un petit pays fragile et menacé qui, confronté à l'attaque terroriste de masse la plus sadique de l'histoire moderne, réagit comme n'importe quelle autre démocratie l'aurait fait à sa place, et, en fait, comme les États-Unis l'ont fait en envahissant l'Afghanistan après le 11 septembre, ou comme la France en bombardant Mossoul - où des milliers de civils sont morts aux côtés de 3 000 combattants d'ISIS - après le Bataclan.

Au lieu de soutenir Israël dans sa légitime défense, le monde accuse l'Etat juif d'empoisonner les puits et d'affamer la population civile ; ce n'est plus de l'opinion, c'est de la diabolisation ; c'est la non-pensée unifiée de l'Humanité 2.0, l'enchaînement de ses discours et de ses réflexes, qui tient pour acquis qu'Israël est "indéfendable", que le sionisme - seul parmi les mouvements de libération nationale - est un gros mot, et que la survie même du peuple juif sur sa terre est un objet de contestation tout à fait légitime.

Que pouvons-nous espérer ?

Face à ce déferlement de haine politique et numérique sans précédent, face à ces foules amnésiques pour qui il semble évident que le pogrom du 7 octobre est devenu, à leurs yeux, un simple détail de l'histoire, que peut-on espérer ?

L'armée israélienne, bien sûr, continue de faire tout ce qu'elle peut - face à un ennemi tapi parmi sa population et l'utilisant comme bouclier humain - pour limiter le nombre de morts parmi les civils.

Et que le pays, une fois cette guerre terminée, maintienne sa volonté de trouver de nouveaux et meilleurs dirigeants.

Mais en attendant, quand on n'est pas israélien mais américain ou français, il n'y a pas 36 solutions. Il n'y en a que deux.

Persister, comme le font les Monsieur Homaise de la Madame Bovary de Flaubert dans les rues chauffées à blanc du monde entier, en scandant "Cessez le feu maintenant ! une solution qui aurait pour effet évident de donner la victoire au Hamas ; de prolonger l'emprise d'un culte de la mort des Frères musulmans sur une population qui lui sert de cobaye dans une expérience horrible ; de voir l'aura du culte de la terreur et de ses soutiens grandir, et grandir encore, au-delà de Gaza, avec toutes les conséquences cataclysmiques que l'on peut imaginer, tant dans l'ensemble du Moyen-Orient qu'en Europe.

Ou attendre de la communauté internationale, et même des pays qui soutiennent le Hamas, qu'ils exigent de l'agresseur deux choses très simples qui mettraient immédiatement fin à cette guerre atroce et aux souffrances qu'elle engendre : Libérer les otages israéliens encore en vie ; et déposer les armes, en reconnaissant, d'une manière ou d'une autre, la défaite.

Qui a le courage de l'exiger ?

Qui se soucie suffisamment du sort des Israéliens et des Gazaouis pour obliger l'agresseur à cesser son monstrueux chantage, au lieu de dire aux victimes de se soumettre ?

Quelqu'un se soucie-t-il suffisamment de la paix et de la justice pour exiger la fin de cette guerre, de la seule manière dont elle peut réellement se terminer, c'est-à-dire par la défaite du Hamas ?

Pour ce faire, il suffit de changer de programme et, au lieu de "Free Palestine", de penser "Peace now".


Arrêtez la guerre à Gaza
Bernard-HenriLévy

Découvrez ses derniers articles, livres et films, son activisme.

Article publié le 13 mars 2024


Nous recommandons également la lecture :

Une voie alternative possible, Dina Rubina - LETTRE OUVERTE, Les pionniers du gauchisme dans l'armée, Le principe de la "queue qui remue le chien" : comment cela fonctionne en politique

5 1 vote
Classement des articles

S'abonner
Notifier
invité

0 Commentaire
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires

Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

0
J'aimerais avoir votre avis, n'hésitez pas à commenter.x
wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !