Le problème palestinien
   Temps de lecture - 9

Le problème palestinien

Lorsque les milieux de gauche évoquent la situation tragique des réfugiés palestiniens, ils se réfèrent avant tout au conflit entre l'Autorité palestinienne et Israël. Depuis 76 ans, Palestiniens et Israéliens n'arrivent pas à trouver une solution à ce conflit. La communauté internationale a longtemps considéré ce problème comme insoluble. Pourtant, la question des réfugiés palestiniens dépasse la confrontation avec l'État juif.

Cependant, la liste des pays dans lesquels les Palestiniens ont subi et continuent à subir des souffrances est longue, et elle comprend principalement des nations arabes. Mais cette liste n'est guère évoquée, car elle ne correspond pas au discours pro-palestinien moderne en vogue.

Voici une liste non exhaustive des discriminations, persécutions et mauvais traitements infligés aux Palestiniens par les pays arabes depuis 1948.

  • Les Palestiniens ne sont pas autorisés à devenir citoyens d'un pays arabe, sauf dans certains cas particuliers en Jordanie. Cette interdiction a été introduite par la Ligue arabe en 1959 et vise à "préserver l'identité palestinienne".
  • Les Palestiniens qui ont perdu leur nationalité jordanienne ne peuvent pas la retrouver.
  • Ils ne sont pas non plus autorisés à voyager librement dans le monde arabe, car l'Autorité palestinienne leur délivre des "documents de voyage" qui ne sont reconnus que par un nombre limité de pays.
  • Les personnes résidant dans des pays musulmans n'ont pas le droit de voter ou de se présenter aux élections nationales.

Les enfants de parents palestiniens ne se voient pas accorder la nationalité de leur lieu de naissance, en violation de l'article 7 de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant. Les Nations unies ont refusé de condamner ces violations ou d'en exiger le respect. 7 : Le nouveau-né sera enregistré immédiatement après sa naissance et aura le droit à un nom, à une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux.


En Jordanie :

1967 : Après la guerre des six jours, la Jordanie refuse la citoyenneté aux habitants de Gaza qui sont arrivés. Aujourd'hui, les 165 000 Palestiniens vivant en Jordanie n'ont pas le droit de devenir citoyens et n'ont droit à aucune aide ou avantage dont bénéficient les Jordaniens.

1970 : Entre 3 500 et 5 000 Palestiniens sont tués et 20 000 sont contraints de quitter leur domicile lors des événements connus sous le nom de "Septembre noir". Leurs camps sont détruits.

1988 : Après que les Palestiniens ont déclaré leur "indépendance" sur la rive gauche du Jourdain, la Jordanie retire la nationalité à des millions d'entre eux. Cette décision a été prise dans leurs propres intérêts.

2010 : La Jordanie continue de révoquer la nationalité de milliers de Palestiniens.

2012 : La Jordanie adopte une loi électorale qui limite à moins de 10 % le nombre de Palestiniens pouvant siéger au parlement.

2013 : La Jordanie a placé les réfugiés palestiniens de Syrie dans des camps séparés, qu'ils n'étaient pas autorisés à quitter. Cette mesure a également bloqué l'entrée de plusieurs centaines de milliers de réfugiés palestiniens et les a renvoyés dans une situation dangereuse en Syrie.

2014 : Les Palestiniens ayant la citoyenneté jordanienne n'ont pas les mêmes droits que les Jordaniens en ce qui concerne l'armée, les bourses d'études et les admissions à l'université, entre autres.


En Egypte :

1948 : L'Égypte enferme tous les réfugiés palestiniens dans des camps, au lieu de les accepter dans la société égyptienne, et expulse les hommes pour qu'ils retournent combattre en Palestine.

1949 : Les Palestiniens sont expulsés des camps égyptiens et envoyés à Gaza, laissant très peu d'Arabes palestiniens en Égypte.

1950 : L'Egypte refuse toute présence de l'UNRWA (Organisation des Nations Unies réservée exclusivement aux réfugiés palestiniens), les reléguant à Gaza.

1949-1956 : Les Palestiniens en Égypte ne sont plus autorisés à travailler ou à fréquanter à l'école.

2011 : Une nouvelle loi est adoptée qui stipule que "toutes les mères égyptiennes peuvent accorder la nationalité égyptienne à leurs enfants nés d'un père étranger, à l'exception des Palestiniens". Lors de la Journée des mères arabes (21 mars), des centaines de mères égyptiennes mariées à des Palestiniens se sont rassemblées sur la place Tahrir au Caire pour réclamer la nationalité pour leurs enfants.

2013 : Des centaines de réfugiés palestiniens de Syrie qui tentaient d'entrer en Égypte ont été emprisonnés : La frontière de Rafah entre Gaza et l'Égypte a été fermée, créant une prison à ciel ouvert pour 1,7 million de personnes de Gaza. Même les patients qui doivent passer une courte période dans les hôpitaux ne sont pas autorisés à passer.


Au Liban :

1950-1958 : Seuls des documents de voyage sont fournis aux Palestiniens souhaitant quitter le Liban.

1962 : Les Palestiniens sont enregistrés comme "étrangers" :

- 73 catégories d'emplois ont été interdites jusqu'en 2010.

- Depuis 2010, le nombre de professions interdites est passé à 50.

- Les Palestiniens ne peuvent toujours pas travailler comme physiciens, journalistes, pharmaciens ou avocats.

- Dans les camps de réfugiés palestiniens, la loi martiale interdit de construire des maisons, de posséder des biens ou de réparer des maisons.

- L'armée contrôlait les entrées et les sorties, interdisant tout mouvement en dehors des camps.

- Les "étrangers" palestiniens ne sont pas autorisés à fréquenter les écoles de leur choix.

- Ils n'étaient pas autorisés à vivre en dehors des camps et il était interdit de les agrandir. En conséquence, la population des camps a triplé.

- Les Palestiniens n'ont pas le droit de former des associations.

Pendant la guerre civile (1975-1978), au moins 5 000 Palestiniens ont perdu la vie. 1985-1988 : Plusieurs milliers de Palestiniens ont été tués pendant la "guerre des camps".

1995 : Une loi est adoptée interdisant aux Palestiniens d'entrer dans le pays sans visa, et aucun visa n'est accordé. Les Palestiniens expulsés des États du Golfe ne peuvent pas revenir au Liban (la loi a été abrogée en 1999).

2005 : Des lois spécifiques ont été promulguées pour interdire aux "étrangers" (Palestiniens) de devenir propriétaires. Ceux qui possédaient une propriété avant la promulgation de la loi n'ont pas pu la transmettre à leurs enfants.

2007 : 31 000 Palestiniens se sont retrouvés sans abri après la destruction par l'armée du camp de Nahr el Bared.

2013 : Les réfugiés syriens palestiniens ont été traités différemment des autres réfugiés syriens au Liban. Ils se sont vu proposer des visas de résident temporaire à des prix exorbitants qu'ils ne pouvaient pas se permettre, ce qui a fait d'eux des immigrés illégaux.

Le Liban a commencé à refuser l'entrée des réfugiés palestiniens de Syrie à la frontière tout en acceptant les réfugiés syriens.


Au Koweït :

En 1991, 400 000 Palestiniens ont été harcelés et expulsés du pays.


En Libye :

1994-1995 : 30 000 réfugiés palestiniens sont expulsés, leurs maisons sont confisquées et ils sont licenciés.

Les pays arabes ont refusé d'accueillir ces nouveaux réfugiés, laissant des centaines d'entre eux bloqués dans le désert ou en mer. La Libye a finalement autorisé un certain nombre d'entre eux à rester, mais a continué à menacer de les expulser à nouveau. Finalement, 15 000 Palestiniens munis de documents de voyage ont été autorisés à émigrer vers les pays arabes, les pays du Golfe et les pays européens.

2011 : Les Palestiniens ont dû payer une taxe spéciale de 1 550 dollars.

2012 : De nombreux Palestiniens ont perdu leurs maisons qui avaient été revendiquées par des résidents libyens pendant le chaos de la révolution et l'effondrement du système judiciaire.


En Irak :

Au début des années 1950, les travailleurs palestiniens ont été expulsés d'Irak en même temps que les Saoudiens et les Libyens.

En 2005, après la chute de Saddam Hussein, des groupes armés ont enlevé, pris en otage, tué et torturé des Palestiniens en Irak. Des politiciens se sont moqués d'eux dans des déclarations publiques et environ 15 000 d'entre eux ont été expulsés du pays. Des milliers de Palestiniens sont restés bloqués dans des camps dans le désert entre l'Irak et la Syrie, car aucun pays arabe ne leur permettait d'entrer dans le pays.


Au Qatar :

En 1994, le pays a refusé de délivrer des visas de travail aux Palestiniens.


En Syrie :

En Syrie, les Palestiniens n'ont pas été autorisés à voter ou à se présenter aux élections locales de 1970 à 2008. Ils n'étaient pas non plus autorisés à posséder des terres agricoles ou plus d'une propriété.

De 2012 à aujourd'hui, environ 2 000 Palestiniens sont morts dans la guerre civile, et une cinquantaine sont morts de faim après que les groupes rebelles ont coupé l'approvisionnement en eau et en nourriture dans le camp de réfugiés de Yarmouk.


shkolnik

Leonid Shkolnik


Nous recommandons également la lecture :

Le problème de la confiance, Tit For Tat fonctionne-t-il au Moyen-Orient ?, Herta Muller - LETTRE OUVERTE.

4.2 6 votes
Classement des articles

S'abonner
Notifier
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires
Harold Claessen
Harold Claessen
Il y a 14 jours

Il est essentiel de réfléchir aux raisons pour lesquelles les Palestiniens ont été chassés de leurs terres ancestrales, plutôt que de recourir à des arguties anti-arabes. Israël n'est pas une représentation authentique du Moyen-Orient ; il reflète plutôt le pire de l'antisémitisme européen et américain, déguisé en État juif. Cette perspective remet en question les récits souvent unilatéraux et souligne la nécessité d'une compréhension plus profonde des injustices historiques et actuelles auxquelles sont confrontés les Palestiniens.

Dernière modification il y a 14 jours par Harold Claessen

Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.

Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur le droit d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

1
0
J'aimerais avoir votre avis, n'hésitez pas à commenter.x
wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !