La prise de Jérusalem. 1948
   Temps de lecture - 3

Une histoire simple.

L'occupation de Jérusalem. Chronologie de 1948

À partir de février 1948, les milices arabes bloquent le corridor reliant Tel-Aviv à Jérusalem, empêchant l'acheminement de l'aide humanitaire à la population juive. Ce blocus a été brisé à la mi-avril de la même année par les milices juives qui ont mené les opérations Nahshon et Maccabi.

Camions remplis de Juifs circulant le long du "Derech Burma", 1948
Camions remplis de Juifs circulant le long du "Derech Burma", 1948

Après la déclaration d'indépendance d'Israël, les États arabes voisins ont lancé une invasion. Bien que, selon le plan de partage de la Palestine, Jérusalem devait devenir un corpus separatum administré par un organisme international, mais...

Le 15 mai 1948, Jérusalem est attaquée par la Transjordanie. Ils bombardent la ville depuis les collines de l'est et entrent dans la vieille ville en quatre jours. Le détachement de la Haganah qui défend le quartier juif ne peut faire face à la supériorité des forces ennemies.

Quartier juif

Le 28 mai 1948, les défenseurs du quartier juif se sont rendus à la Légion arabe, ce qui a entraîné une évacuation massive de tous les résidents juifs survivants.

La prise de Jérusalem. 1948

En mai, il ne restait plus qu'environ 2 000 civils dans le quartier juif. L'attaque fait plus de 600 victimes juives (près de la moitié). Les Juifs se voient refuser l'accès à la vieille ville et il leur est interdit de visiter le Mur occidental et d'autres lieux saints.

Des milliers de pierres tombales du Mont des Oliviers ont été détruites pour construire une route, des clôtures et des toilettes pour les bases militaires de l'armée jordanienne.

La quasi-totalité des 35 synagogues de la vieille ville ont été détruites. Celles qui n'ont pas été complètement détruites ont servi de poulaillers et d'étables remplis de fumier, d'ordures et de cadavres.

Les citoyens musulmans d'Israël ne sont pas autorisés à visiter les lieux saints de Jérusalem-Est. Les chrétiens font également l'objet de discriminations.

Commandant Abdullah el-Tell
Major Abdullah el-Tell, commandant du 6e bataillon de la Légion arabe

Puis, dans ses mémoires, le major Abdullah el-Tell, commandant du 6e bataillon de la Légion arabe, explique les conséquences de la victoire :


"Al-Qods a été nettoyée des Juifs et, pour la première fois en mille ans, il n'y avait plus un seul Juif".

"J'ai vu dans cette défaite des Juifs le coup le plus dur qui leur ait été infligé, notamment sur le plan moral, puisqu'ils ont été expulsés du Mur occidental et du quartier juif pour la première fois en quinze générations".

Merci pour la publication sur le canal Telegram FAQa



Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !