Mohammed Mushtaha, imam de la mosquée Dhu'l-Nurayn à Shuja'iyah à Gaza, a été enlevé par le Hamas la semaine dernière.
   Temps de lecture - 10

Mon père est imam à Gaza. Le Hamas l'a enlevé parce qu'il refusait d'être sa marionnette.

Le week-end dernier, vingt hommes masqués ont emmené mon père. Son crime ? Il refusait de laver le cerveau de son peuple avec leur politique.

Par Ala Mohammed Mushtaha
5 janvier 2024

RAFAH - Le samedi 30 décembre, notre porte d'entrée a été enfoncée et vingt hommes masqués ont fait irruption pour emmener mon père, un imam très respecté et très érudit ici à Gaza.  

L'un d'eux l'a tiré par la tête et un autre l'a attrapé par la barbe. Mon jeune frère a essayé d'intervenir et de raisonner les ravisseurs, mais ils l'ont battu. Je souffre d'une maladie qui m'empêche de respirer, et je n'ai pu que regarder l'horreur se dérouler.

Mon père est imam à Gaza.

Je sais que si le Hamas tue mon père, il dira que c'est l'armée israélienne qui l'a fait. Mais mon père tenait beaucoup à ce que, même s'il mourait, nous fassions connaître les exigences méprisables qu'ils avaient formulées à son égard. La dernière demande qu'il nous a faite, littéralement alors qu'on le portait vers la porte, était que s'il mourait, nous devrions rendre publique la véritable raison de sa mort, et c'est celle-ci : 

Il n'a pas voulu prêcher ce que le Hamas lui demandait. Il a refusé de dire aux habitants de Gaza que la résistance violente et l'obéissance au Hamas sont le meilleur moyen de sortir de l'enfer actuel. 

Cette histoire commence avant le 7 octobre, et même avant 2007, lorsque le Hamas a pris le contrôle de Gaza. 

Notre famille vit à Gaza depuis des générations. Avant 2007, mon père travaillait pour le ministère des affaires islamiques. Après la prise de pouvoir du Hamas, il a été contraint de quitter son poste. Ce fut une période difficile pour ma famille ; mon père était le seul soutien de famille. Finalement, après trois longues années, il est revenu travailler, d'abord comme serviteur de la mosquée, puis comme gardien de la mosquée, puis comme employé du ministère et enfin, il a été nommé imam de la mosquée. (Mon père est connu dans toute la bande de Gaza. Il est titulaire d'un doctorat en charia de la célèbre université Al-Azhar du Caire et est très respecté par ses pairs). 

Pour le Hamas, être musulman signifie soutenir le Hamas, et les personnes qui ne soutiennent pas le Hamas ne sont pas musulmanes. Si vous ne vous conformez pas à ce que le Hamas vous dit, vous perdrez votre emploi ou pire. Pour garder mon père dans le droit chemin, en veillant à ce qu'il ne prononce que des sermons du vendredi approuvés par le Hamas et qu'il permette au Hamas d'utiliser sa mosquée comme dépôt d'armes clandestin, ils nous ont arrêtés, mon frère et moi, au moins dix fois entre 2016 et 2019. Parfois, ils parlaient poliment, parfois ils nous demandaient d'obtempérer "pour le bien de vos sœurs", mais toujours la menace de la violence planait en arrière-plan. Et plusieurs fois, nous avons été battus et humiliés devant notre père. Ils l'ont également battu, une fois ils ont failli le rendre aveugle.

Il a été contraint de faire des choses pour le Hamas, de déplacer de l'argent, de stocker des objets, de garder leurs secrets.  

En tant qu'imam, mon père conserve les clés de la mosquée et est chargé de protéger les importantes sommes d'argent que les musulmans donnent au titre de la zakat, l'aumône obligatoire de notre foi. Les membres du Hamas profitaient de ses fonctions et utilisaient la mosquée pour cacher de l'argent, des armes et de l'équipement.

Parfois, ils apportaient un grand tapis de prière enveloppé, dont ils disaient qu'il avait été donné - sauf que mon père n'était pas autorisé à ouvrir les tapis ; seuls des volontaires spéciaux étaient autorisés à les ouvrir ou à transporter les tapis à l'intérieur et à l'extérieur. Mon père a dû ouvrir et fermer les portes et permettre que l'espace sacré soit utilisé comme un entrepôt pour le Hamas. Quel choix avait-il ? C'est une vérité amère que le Hamas considère les mosquées comme la propriété de son régime et qu'il y stocke des armes. 

Une fois, il y avait de grandes boîtes qui étaient marquées comme étant de l'aide alimentaire. Il n'y avait pas de nourriture à l'intérieur, mais quelque chose en fer. 

Imam. A l'intérieur de la mosquée Dhu'l-Nurayn à Gaza, où Mohammed Mushtaha dirige les prières et prononce des sermons.
L'intérieur de la mosquée Dhu'l-Nurayn à Gaza, où Mohammed Mushtaha dirige les prières et prononce des sermons. (Photo via Facebook)

La chose la plus flagrante que le Hamas a imposée à mon père est le contenu de ses sermons du vendredi. Ils lui ont demandé de laver le cerveau des gens avec leur politique, de rester avec le Hamas et avec la "résistance", et que c'était le seul choix possible. Que ceux qui mourraient en combattant seraient récompensés par 72 vierges aux yeux noirs. Patience, djihad, tout cela. Le Hamas exploite notre religion en se faisant passer pour un prophète des temps modernes, en se comparant aux compagnons du prophète Mahomet.

Personne n'a dit à mon père qu'il y avait un plan pour attaquer Israël le 7 octobre. Dans les mosquées, les classes islamiques, les sermons et les conférences, le message dominant est que la "résistance" - c'est-à-dire le Hamas et uniquement le Hamas - est le seul moyen de libérer Al-Aqsa et d'alléger nos souffrances. 

Ils font tout ce lavage de cerveau pour vous faire croire que la cause de nos souffrances est Israël. Mais je vois très clairement qui est la cause de nos souffrances. 

Alors que la majeure partie de l'aide à Gaza n'est accessible qu'aux loyalistes du Hamas ou à ceux qui suivent la ligne du mouvement, mon père collectait et distribuait les aumônes de la zakat à ceux qui en avaient réellement besoin. Certains fidèles faisaient don de nourriture, de meubles et d'articles ménagers, et de nombreuses personnes parmi les plus démunies de Gaza venaient voir mon père, qui veillait à ce qu'elles soient distribuées équitablement. Mon père s'efforçait également de donner aux musulmans pieux des conseils spirituels impartiaux, et non la propagande véhiculée par les religieux du Hamas. 

Mon père est imam à Gaza.

Nous avons fui nos maisons dans la ville de Gaza le 20 octobre, déménageant d'un endroit à l'autre jusqu'à ce que nous nous installions chez ma sœur à Rafah il y a plusieurs semaines. Sa maison a également été bombardée et aujourd'hui, une quarantaine de personnes, dont des femmes et des personnes âgées, se partagent l'espace dans un bâtiment en partie réduit à l'état de ruines.

Depuis la guerre, le Hamas exerce une pression énorme sur les imams pour persuader la population que son seul choix est la "résistance". Les écoles et les universités ne fonctionnent pas ; la seule chose qui attire les gens, c'est la prière. 

Mais nous sommes arrivés à un moment où presque tout le monde à Gaza dit que le Hamas a causé la mort de 20 000 personnes à Gaza et en a blessé 50 000 autres. Aussi, lorsque le groupe a demandé à mon père de se rendre dans une école où des milliers de personnes déplacées sont hébergées et de les exhorter à soutenir la "résistance", c'est-à-dire à faire confiance au Hamas, il a catégoriquement refusé. Mon père sait faire la différence entre le bien et le mal. Il savait que refuser de servir de porte-voix au Hamas pouvait entraîner sa mort, et pourtant il a refusé. Il a la conscience tranquille. Il en va de même pour tous ceux qui savent ce qui lui est réellement arrivé et pourquoi. 

Cette fois, ce n'est pas comme les guerres précédentes. Cette fois, les gens disent la vérité.  

Avant le 7 octobre, les gens avaient peur - et bien sûr, certains ont encore peur - mais ironiquement, quand il y a des combats, le Hamas entre dans la clandestinité et les gens peuvent dire plus ouvertement comment le Hamas a ruiné nos vies. Les gens commencent à violer publiquement les lois, les règles, les diktats et les ordres du Hamas. Ils maudissent ouvertement le Hamas et ses dirigeants dans les rues et sur les marchés, et ignorent les directives des quelques responsables du Hamas et de la police qui se trouvent encore en surface. Ils ont causé tant de dégâts, c'est indéniable. Ils se sont imposés à notre société, à mon père, pendant trop longtemps. Nous en payons tous le prix. Les gens veulent la liberté. Nous espérons profondément que cette guerre prendra fin, et que le Hamas prendra fin avec elle. 

Je ne sais pas où est mon père, Mohammed Mushtaha. Je ne sais pas si je le reverrai un jour vivant. En racontant cette histoire au public et en y apposant mon nom, j'espère offrir à mon père une certaine protection. Le Hamas voudra peut-être le libérer et montrer au monde qu'il ne ferait jamais de mal à un prédicateur de mosquée admiré. Dieu seul connaît l'avenir, mais ce que je sais, c'est qu'en aucun cas mon père ne voudrait devenir un outil de propagande.

M. Mushtaha a partagé son histoire avec The Free Press dans le cadre de la série Voices from Gaza, notre partenariat avec le Center for Peace Communications.

presse libre


Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !