MASSACRE DU 7 OCTOBRE

MASSACRE DU 7 OCTOBRE

L'invasion a commencé au petit matin du 7 octobre avec le lancement de 2 500 à 5 000 roquettes sur Israël depuis la bande de Gaza et la pénétration de plus de 2 500 terroristes armés du Hamas qui ont franchi une barrière de sécurité frontalière et abattu sans discernement des civils et des soldats israéliens pris au dépourvu. D'autres militants ont pris d'assaut des plages israéliennes à bord de bateaux à moteur et certains ont semé la mort depuis le ciel, en volant en parapente. Au moins 1 200 Israéliens et étrangers ont été tués et au moins 5 132 blessés, plus de 240 ont été pris en otage. Parmi les victimes, on compte également environ 70 citoyens israélo-arabes morts ou disparus, dont beaucoup sont des Bédouins du Néguev, et au moins 50 travailleurs immigrés. Le massacre des civils a été marqué par des atrocités extraordinaires. Il y a eu de nombreux cas de violences sexuelles à l'encontre de femmes, y compris des mineures. Impact des attaques du Hamas.

Le massacre des civils a été marqué par des atrocités extraordinaires. Il y a eu de nombreux cas de violences sexuelles à l'encontre de femmes, y compris des mineures.


Cette attaque a été le plus grand massacre de juifs depuis l'Holocauste

Cet attentat a constitué le plus grand massacre de Juifs depuis l'Holocauste.

"Lessirènes d'alerte aérienne ont commencé à retentir vers 6h30, heure locale, avertissant les citoyens israéliens de l'attaque en cours et les invitant à se mettre immédiatement à l'abri. Des milliers de roquettes ont été tirées par les militants du Hamas en direction du sud et du centre d'Israël, y compris Tel Aviv et Jérusalem. Tamar Turpiashvili, 9 ans, a fait un arrêt cardiaque lors d'une alarme. Elle n'a pas pu faire face aux moments de peur et d'anxiété qui ont fait perdre le contrôle à son petit cœur. La fillette s'est effondrée et est décédée. Avi, le père de Tamar, a déclaré lors des funérailles : "Maman et moi nous sentons comme une épave d'un côté et réveillés par le fait que notre douleur ne s'apaisera jamais. Nous jurons par la présente d'emmagasiner nos forces pour que tu vives dans nos cœurs à tout moment et où que nous soyons. Nous t'aimons. ... Tu as été notre petit ange que Dieu nous a donné pendant neuf ans.""

Au même moment, la première déclaration publique a été faite par Muhammad Deif, le chef de l'aile militaire du Hamas. Il a annoncé le début de l'opération "Déluge d'Al-Aqsa" et a déclaré que "l'ennemi comprendra que le temps où il se déchaînait sans responsabilité est révolu", appelant les Palestiniens à attaquer les colonies israéliennes avec toutes les armes dont ils disposent.

Les massacres de civils et les combats avec les terroristes se sont poursuivis pendant de nombreuses heures. Il a fallu plusieurs jours aux forces de défense israéliennes pour reprendre le contrôle total des territoires adjacents à la bande de Gaza.

Vous trouverez ci-dessous une description des événements survenus dans toutes les villes, kibboutzim et villages qui ont été attaqués par les militants du Hamas.

Le massacre du festival de musique Supernova

Le festival de musique Supernova, près du kibboutz Re'im, a été attaqué par des militants du Hamas, dont certains sont arrivés par des parapentes motorisés. Sur les quelque 3 000 à 5 000 personnes présentes au festival, au moins 260 ont été tuées et de nombreuses autres ont été enlevées.

Un participant a déclaré qu'après avoir coupé l'électricité, un groupe d'environ 50 hommes armés du Hamas est arrivé dans des camionnettes et a tiré des coups de feu dans toutes les directions.

Alors que les participants au festival fuyaient dans la panique, des jeeps remplies d'hommes armés ont commencé à tirer sur les voitures qui s'échappaient. Des hommes armés ont également bloqué les routes. Le terrain ouvert ne laissait que peu d'endroits pour se cacher. De nombreux participants qui s'étaient cachés dans les arbres ont été tués par des militants qui les ont méthodiquement abattus. D'autres, cachés dans les buissons et les vergers, ont réussi à survivre. Le massacre a eu lieu au milieu d'une sirène de roquettes, signalant un barrage de roquettes tirées sur Israël.

Le massacre du festival de musique Supernova

Les terroristes ont lancé deux grenades et une bombe fumigène. Je ne pouvais plus respirer.

Maor a crié "Ils nous tuent !". Il était au-dessus de moi et je m'accrochais à lui pour survivre.

Un terroriste est entré et a tiré ce qui ressemblait à un million de balles.

L'un d'eux a touché ma jambe et j'ai chuchoté à Maor : "Je suis touché." Il m'a répondu : "Je te tiens, tu vas bien." Quelques minutes se sont écoulées et le calme est revenu. Les terroristes avaient quitté notre abri.

J'ai crié : "Papa, papa, ils m'ont tiré dessus", et comme il n'a pas répondu, j'ai su qu'ils l'avaient assassiné.

Les militants du Hamas ont enlevé un nombre indéterminé de participants ; des vidéos diffusées sur les médias sociaux les ont montrés en train d'être saisis. Les spectateurs enlevésont été emmenés à Gaza, où certains ont été filmés dans des vidéos de propagande du Hamas.

Des témoins ont rapporté que certaines des femmes capturées ont été violées.

Des photos prises après l'attaque montrent des dizaines de corps sur le site du festival, dont un corps gravement brûlé attaché à des câbles.

Le massacre du festival Supernova a été la plus grande attaque terroriste de l'histoire d'Israël, et le pire massacre de civils israéliens jamais commis.

Le Hamas a nié que l'attaque visait des civils et a déclaré qu'il considérait les victimes comme des "soldats". Plus tard, le Hamas a changé de position en affirmant que les forces du Hamas n'avaient jamais visé de civils, mais que le massacre avait été perpétré par des groupes indépendants de civils gazaouis après que le Hamas eut vaincu les forces israéliennes dans la région. Plus tard encore, le Hamas a nié qu'un quelconque massacre ait eu lieu lors du festival.

Le massacre des habitants de Re'im s'est déroulé en même temps qu'une série d'autres massacres et d'engagements militaires dans plusieurs communautés israéliennes voisines.

Be'eri massacre

Environ 70 militants du Hamas ont perpétré un massacre à Be'eri, un kibboutz israélien situé près de la bande de Gaza.

Environ 70 militants sont entrés dans le kibboutz à moto et en véhicule, et ont tué le personnel de sécurité à l'entrée. Après s'être emparés du village, les attaquants du Hamas ont fait le tour des quartiers, tirant et lançant des grenades, massacrant les occupants de chaque maison et en incendiant certaines avec des cocktails Molotov.

Au moins 130 personnes ont été tuées, dont des femmes, des enfants et des nourrissons, ce qui a coûté la vie à 10 % des habitants de la communauté agricole. Des dizaines de maisons ont également été incendiées.

Les militants étaient accompagnés d'une équipe de cameramen et de journalistes qui ont documenté l'attaque et l'ont présentée comme une victoire palestinienne. De nombreux habitants ont tenté de se cacher dans des salles sécurisées, mais les militants ont fait sauter les portes de ces salles et tué les personnes qui s'y trouvaient.

WhatsApp a été utilisé pour conseiller les occupants et partager les refuges, mais la situation est devenue de plus en plus désespérée au fur et à mesure que des mentions de décès de bébés et de membres de la famille faisaient surface.

Les terroristes ont pris en otage une cinquantaine de personnes dans une salle à manger de Be'eri et en ont enlevé d'autres pour les emmener dans la bande de Gaza. Lorsque les forces de sécurité israéliennes ont contre-attaqué, les militants qui détenaient les otages ont été contraints à l'impasse. Des vidéos ont été diffusées, montrant les otages conduits pieds nus à travers une rue de la ville.

Deux heures après le début du massacre, vingt aviateurs de l'armée de l'air israélienne de l'unité d' élite Shaldag sont arrivés par hélicoptère au kibboutz Be'eri. Cinq d'entre eux ont été tués et un autre blessé par les militants en très peu de temps. Les aviateurs survivants ont été contraints de battre en retraite et de trouver d'autres zones civiles offrant moins de résistance, en raison de la taille désormais très réduite de leur groupe. Un hélicoptère israélien a été détruit au sol par des militants du Hamas quelques heures après l'attaque du kibboutz Be'eri.

Au bout d'une douzaine d'heures, d'autres forces des FDI sont arrivées et ont tué la plupart des militants. Quelque 18 heures après le début de l'impasse, les FDI ont annoncé que les otages avaient été libérés. Toutefois, les forces de sécurité ont continué à ratisser le village à la recherche de personnes détenues par le Hamas.

Le kibboutz a subi de lourdes pertes humaines et matérielles, le laissant dévasté et brisé.

Yossi Landau, responsable régional de l'organisation humanitaire ZAKA, a déclaré à Sky News qu'environ 80 % des corps à Be'eri et Kfar Aza présentaient des signes de torture, et qu'il avait trouvé "deux piles de dix enfants chacun, attachés dans le dos, brûlés à mort" à Be'eri.

Massacre de Be'eri

"Puis nous avons entendu les terroristes sur la route. Ils conduisaient des motos, des voitures et des tracteurs avec des charrues. Il y avait des hélicoptères dans le ciel. Des tirs, des sirènes d'alerte rouge [roquettes] ont retenti dans toute la zone, de fortes ondes de souffle provenant de quelque chose qui avait explosé à côté de nous. Rétrospectivement, je pense qu'il s'agissait d'une grenade qui avait été lancée dans l'abri antiatomique dans lequel je me trouvais quelques instants auparavant. Ils avaient tué les gens qui s'y trouvaient et il y avait une odeur de feu. Toutes sortes de roquettes et de balles volaient au-dessus de nous et je savais que nous ne pourrions pas nous relever.

Massacre de Kfar Aza

Environ 70 hommes armés du Hamas ont franchi une clôture et sont entrés dans le kibboutz dans la matinée. Après avoir pénétré dans le kibboutz, situé à 3 kilomètres de Gaza, les militants ont commencé à massacrer les habitants de la communauté. Les militants islamistes ont commencé par cibler le côté ouest de la communauté - une zone du kibboutz proche de Gaza - où vivaient des familles avec de jeunes enfants. On sait que 52 personnes du kibboutz ont été tuées.

L'attaque est remarquable pour ses allégations de brutalité sous la forme de décapitations, de démembrements et de victimes brûlées vives. Les enquêteurs médico-légaux ont déclaré avoir vu des preuves de décapitation de personnes, y compris de bébés, mais ont indiqué qu'il n'était pas clair si les décapitations avaient eu lieu avant ou après la mort, et que les décapitations auraient pu résulter de l'utilisation de grenades propulsées par fusée, plutôt que d'un découpage intentionnel avec une lame.

Dans une maison, raconte Simcha Dizengoff, secouriste du service d'intervention d'urgence de Zaka, arrivé sur les lieux le 11 octobre après que les forces de défense israéliennes eurent finalement repris le contrôle du village, un gâteau d'anniversaire datant du week-end était encore posé sur la table. Après avoir senti l'odeur caractéristique de la chair brûlée, son équipe a découvert les corps de deux adultes, de deux enfants et de leur grand-mère dans la pièce sécurisée, se serrant les uns contre les autres sur le sol, dans un coin. La famille rappelait les morts de Pompéi ; il était impossible de séparer les corps dans des housses mortuaires.

Dans une autre maison de Kfar Aza, une femme, nue jusqu'à la taille, avait été penchée sur un lit puis abattue d'une balle dans la nuque. Lorsque l'équipe a tenté de la déplacer, une grenade active a roulé de sa main crispée.

Au moins un enfant, âgé d'environ six ans, a été tué par un couteau planté dans son crâne. Plusieurs autres victimes semblent avoir été décapitées.

Des membres du kibboutz ayant reçu une formation militaire, qui ont formé une garde armée bénévole, se sont battus contre les militants envahisseurs pour tenter de défendre la communauté. Tous ont été tués. Les militants du Hamas ont élargi l'attaque aux quatre directions. Les militants envahisseurs ont brûlé les maisons et tué les résidents civils. Les cadavres de ceux qui avaient vécu dans la communauté ont été retrouvés les mains liées. Les militants ont ramené à Gaza des femmes, des enfants et des personnes âgées parmi les otages.

Les enfants ont été des héros pendant tout ce temps. Ils sont restés tranquillement allongés sur le sol pendant des heures en nous entendant implorer l'aide de la police, de l'armée, des pompiers et de tous ceux en qui nous avions placé notre confiance.

Nous avons entendu les terroristes crier dans toutes les directions, piller tout ce qu'ils pouvaient, et nous avons attendu pendant des heures.

De 6h30 à l'après-midi, la situation n'a fait que se dégrader et personne n'est venu.

Il n'y avait pas d'armée à proximité, seulement des terroristes.

Il a fallu deux jours et demi aux forces de défense israéliennes pour reprendre le contrôle de la communauté après l'attaque initiale.

Massacre de Nir Oz

Dans le kibboutz de Nir Oz, des militants palestiniens ont assassiné de nombreux résidents, brûlé des maisons et enlevé des civils. Selon le New York Times, 180 des quelque 400 résidents ont été tués ou enlevés comme otages. Le Jerusalem Post a également estimé à 80 le nombre d'enlèvements à Nir Oz. Selon un correspondant de guerre chevronné, "environ un quart des habitants de Nir Oz ont été assassinés, enlevés ou blessés de manière très grave. Ceux qui ont survécu n'ont nulle part où revenir.

Massacre de Nir Oz

"Nous étions à 50 mètres dans les champs lorsque j'ai été touché par des éclats d'obus à la tête, au genou et au dos. Je saignais. Je me suis allongé sur le sol et un tracteur est arrivé. C'était mon tracteur, celui avec lequel je travaille. Il y avait des terroristes à bord. Ils nous ont vus et ont commencé à venir vers nous pour nous mettre sur le tracteur et nous emmener avec eux. Je me suis dit que c'était maintenant ou jamais ; j'ai décidé de faire le mort - et ils ne m'ont pas pris. Ils m'ont ignorée. Ils ont pris les trois petites filles, les parents de la jumelle, tous ceux qui étaient là et qui étaient encore en vie.Ilsles ont tous emmenés à Gaza.

Sderot

Des hommes armés du Hamas ont attaqué la ville de Sderot (30 500 habitants), engageant des échanges de tirs avec la police israélienne et des civils dans les rues et occupant le poste de police de la ville. Environ 18 membres de la police israélienne ont été tués au cours des combats.

Les terroristes ont massacré des dizaines de personnes âgées à un arrêt de bus. Les victimes portaient leurs plus beaux vêtements et attendaient de monter dans un bus pour la mer Morte, où elles se rendaient dans le cadre d'un voyage organisé. L'arrêt de bus s'est transformé en un horrible champ de bataille. Ceux qui y attendaient l'ombre sont morts sur place, certains tombant sur leurs compagnons tués, leur sang s'accumulant. Ceux qui tentaient de s'échapper étaient pourchassés dans la rue et dans les allées qui séparent les nombreux projets de la zone.

Les combats se sont poursuivis toute la nuit jusqu'à ce que les forces de sécurité reprennent le poste de police, qui a été démoli au cas où d'autres terroristes s'y trouveraient encore. Selon les premières estimations, au moins 20 civils ont été tués alors qu'ils attendaient aux arrêts de bus, marchaient dans la rue ou conduisaient leur voiture. Sur les 36 000 habitants de la ville, 90 % ont été évacués dans les jours qui ont suivi le massacre.

"Les routes sont pleines de corps, de sang et de voitures perforées". Je crie : "Maintenant !". Nous ne préparons pratiquement rien, une valise pleine de rien, nous mettons les enfants dans la voiture et nous les briefons - sauf pour respirer, vous n'avez pratiquement pas le droit de faire quoi que ce soit.

www.october7.org

Ofakim

La ville d'Ofakim (32 000 habitants) a été le théâtre de graves violences qui ont entraîné la mort d'au moins 50 habitants. Des rapports suggèrent que plusieurs civils ont également été enlevés vers la bande de Gaza.

L'armée israélienne pense maintenant que les combattants du Hamas essayaient de s'emparer du poste de police d'Ofakim, comme ils l'ont fait à Sderot, mais qu'ils en ont été empêchés par des habitants armés et des policiers en repos. Au lieu de cela, une dizaine d'entre eux ont transformé la paisible rue résidentielle Ha-Tamar en champ de bataille, allant de maison en maison pour tuer et capturer. 

L'histoire de Rachel et de ses biscuits
L'histoire de Rachel et de ses biscuits

"L'histoire de Rachel d'Ofakim s'est répandue dans le monde entier. Dans une maison orange située à mi-chemin de Ha-Tamar, cinq hommes ont forcé la porte arrière de la maison de Rachel et David Adri, un couple de sexagénaires, s'emparant de leurs téléphones et brisant les fenêtres pour s'en servir comme positions de tireurs d'élite. Plus tôt dans la matinée, Rachel avait appelé son fils, un policier, pour lui dire qu'elle avait entendu des coups de feu dans le quartier. Après l'arrivée du Hamas, Rachel, qui parle un peu l'arabe, a discuté avec eux pendant les 20 heures qui ont suivi, préparant de la nourriture et bandant même la main d'un ravisseur, gagnant ainsi du temps jusqu'à l'arrivée des secours.

Vers 2 heures du matin, après 17 heures de détention, la police a pris d'assaut la maison et libéré David et Rachel. Elle y est parvenue parce que le fils de Rachel a dessiné un schéma détaillé de la maison de ses parents.Les policiers ont réussi à prendre les terroristes par surprise, à les encercler et à les détruire".

Netiv HaAsara 

La colonie de Netiv HaAsara, dans le Hamas, près du nord de la bande de Gaza, a été infiltrée par des terroristes venus en parapente. Ils sont passés de maison en maison, tuant plus de 20 personnes et en blessant beaucoup d'autres. Certaines victimes appartenaient à la même famille, tandis que d'autres étaient des membres de l'équipe d'intervention rapide du village. À un moment donné, l'électricité a été coupée dans le village, laissant les gens piégés dans des salles sécurisées sans électricité.

Voilà, à partir de ce moment-là, j'étais dans un film d'horreur en direct.

J'ai eu une crise de panique, pour la première fois de ma vie.

J'ai perdu le contrôle de mon corps, je tremblais comme une folle, je ne pouvais plus respirer, et dans ma tête

Je me disais que j'allais probablement mourir aujourd'hui. Et tout ce que j'avais prévu ?

Qu'en est-il de toutes les personnes que j'aime ? Qu'en est-il de ma famille ? Comment cela peut-il se terminer ainsi ?

Nous étions impuissants, attendant que les terroristes nous atteignent, sans aucun moyen de nous défendre.

Nous avons pris des couteaux, tout en sachant qu'ils ne serviraient à rien. Les terroristes avaient du poison dans les yeux et dans les armes,

et nous étions terrifiés et armés de couteaux.

www.october7.org

Holit

Les habitants du kibboutz affirment que l'attaque contre Holit a commencé vers 8 heures du matin. Les militants du Hamas sont passés de maison en maison, tuant au moins 11 civils et en blessant beaucoup d'autres.

Nous avons entendu des bruits d'outils lourds à l'extérieur de notre maison. Je me suis dit que les FDI étaient là. Mais ce n'était pas le cas. Ce sont les animaux qui se sont emparés des véhicules et qui ont détruit tous les beaux coins de notre maison. Une partie du temps, les enfants étaient par terre, sous le lit, effrayés et transis de froid. Pendant des heures, ils n'ont pas prononcé un mot. Ils ne demandaient ni eau ni nourriture. Ils ont immédiatement compris que leur rôle était de se taire et de se cacher.

www.october7.org

Re'im

Le kibboutz Re'im, près duquel s'est tenu le tristement célèbre festival de musique Supernova, a également été attaqué par un groupe de combattants du Hamas. Des dizaines d'assaillants ont attaqué le kibboutz qui, aux premières heures de l'assaut, n'était défendu que par une équipe d'alerte de six membres. Cinq des résidents du kibboutz ont été tués et cinq autres enlevés.

Pendant tout ce temps où mon ami et moi nous battions côte à côte, j'avais l'impression que nous défendions notre propre maison, tout ce que notre maison symbolise pour nous - parce que le kibboutz lui-même est une maison. Nous nous battions pour l'endroit où nos enfants ont été élevés, y compris le zoo pour enfants, le terrain de football, nos établissements d'enseignement et notre patrimoine culturel. C'était une guerre pour notre maison au sens le plus large, mais aussi pour les plus petites choses.

www.october7.org

Sufa

L'identification précoce d'Elia Lilintal a permis la mobilisation d'une équipe de défense, sauvant ainsi de nombreuses vies. Les défenseurs se sont battus pendant des heures avant l'arrivée des forces de Tsahal, mais l'attaque a tout de même coûté la vie à trois membres du kibboutz.

Zikim

Un groupe de terroristes a atteint les abords du kibboutz et a lancé un RPG, tentant de pénétrer dans le kibboutz. L'équipe d'alerte a ouvert le feu et a réussi à interrompre leur plan. Ils ont lancé des grenades et des explosifs dans le kibboutz, mais ont été repoussés. Deux membres de l'équipe d'alerte ont été blessés.

Kerem Shalom

Une défense prolongée de six heures contre les terroristes a entraîné la perte de deux membres de l'équipe d'alerte. 20 terroristes ont été tués.

Nir Yitzhak

La brigade d'alerte a tenté de repousser les assaillants, mais a dû faire face à des enlèvements et à plusieurs victimes.

Nir Yitzhak

"J'ai appris plus tard qu'il avait fallu trois tours à l'armée pour reprendre le contrôle du kibboutz. D'après ce que j'ai compris, 30 terroristes erraient dans le kibboutz, certains étaient apparemment des enfants à vélo ou à moto, qui tentaient de voler ou de vandaliser tout ce qu'ils pouvaient trouver dans nos maisons."

https://www.october7.org

Magen

Les terroristes ont réussi à atteindre la clôture du kibboutz et à la faire exploser, mais l'équipe d'alerte les a empêchés d'entrer dans le kibboutz. D'autres tentatives multiples du Hamas pour pénétrer dans le kibboutz ont été largement infructueuses, bien qu'un membre du kibboutz ait été tué.

Erez

Les membres de l'équipe d'alerte ont repéré l'avancée des terroristes, se sont dispersés dans le kibboutz et les ont affrontés pendant plusieurs heures. Un défenseur a été tué.

Miflasim

Au cours d'une confrontation prolongée, environ 200 terroristes ont été tués, les autres se sont repliés dans la bande de Gaza.

Miflasim

La matinée du samedi 7 octobre 2023 restera à jamais gravée dans l'histoire du kibboutz Mefalsim comme la matinée la plus difficile à laquelle le kibboutz ait jamais été confronté. Mais ce fut aussi une matinée marquée par le courage, l'héroïsme et les miracles.

https://my.israelgives.org

Mivtachim

Bien qu'en infériorité numérique, l'équipe d'alerte a défendu son village, au prix de plusieurs vies.

"Le coordinateur de la sécurité militaire, Dan Assouline, a quitté sa maison avec le peloton d'alerte pour défendre la communauté. Il a combattu les terroristes et est tombé avec son ami Tal Maman. Sagiv Be'eri, qui a combattu à leurs côtés, raconte : "Huit terroristes, armés de la tête aux pieds, nous tiraient dessus, ainsi que des tireurs d'élite sur les toits. Dan et Tal se sont battus comme des héros.Lesforces spéciales ne sont arrivées au moshav qu'à 14heures".

https://www.ynetnews.com/magazine/article/ryreaqmgt

Nahal Oz

Une attaque surprise a entraîné des pertes massives et des enlèvements.

Nahal Oz

"En jetant un coup d'œil à l'extérieur de la porte, nous avons vu cinq corps de terroristes sur le sol, l'un d'entre eux portant un lanceur RPG. La mort était plus proche que nous ne le pensions, même dans les moments les plus difficiles. Mais le soir, lorsque nous avons préparé le dîner pour 12 enfants avec l'un des voisins, nous n'avions pas encore tout compris. La compréhension n'est arrivée que plus tard, au milieu de la nuit, dans un bus qui évacuait les habitants du kibboutz loin de la frontière".

www.october7.org

Grand-père à la rescousse

Un général de division à la retraite des forces de défense israéliennes et sa femme ont pris un pistolet, sauté dans leur jeep et se sont dirigés vers le sud pour sauver la famille de leur fils.

Ein HaShlosha

Les terroristes ont commis un massacre, bien que leurs efforts aient été partiellement contrés par l'équipe d'alerte du kibboutz. Les 15 membres de l'équipe d'alerte ont lutté contre les assaillants pendant six heures avant l'arrivée de l'armée israélienne.

Les statistiques sur l'étendue de l'effusion de sang sont largement inconnues, bien que quatre membres civils du kibboutz aient été tués par les militants du Hamas alors qu'ils défendaient le kibboutz. Une femme argentine de 80 ans a péri après que sa maison a été incendiée et qu'elle n'a pas pu s'échapper. Le chef de l'équipe de sécurité, âgé d'une soixantaine d'années, a été tué dans la fusillade. Une grand-mère de 63 ans figure également parmi les victimes de l'attaque.

Parmi les personnes assassinées figure Marcelle Talia, qui était venue à Ein Hashlosha pour rendre visite à sa fille, Liora Ben Zur, qui avait donné naissance à une fille deux jours avant le massacre. "J'ai appelé mes frères. Ils sont arrivés seuls au kibboutz avec des armes et ont sauvé ma famille", se souvient-elle.

www.ynetnews.com

Trente survivants ont été découverts dans le kibboutz trois jours après le massacre, dont quatorze étaient des ressortissants thaïlandais.

Yakhini

Un raid mené par des dizaines de terroristes a fait au moins sept morts.

Nir Am

Une longue bataille s'est engagée après l'attaque de 35 terroristes contre le kibboutz Nir. Des renforts sont finalement arrivés, ce qui a permis d'éliminer les terroristes.

Kfar Maimon

Les militants du Hamas ont abattu un hélicoptère Yasur à 300 mètres de la clôture du village. À bord de l'hélicoptère se trouvait une compagnie de parachutistes qui se rendait à un autre endroit pour apporter son aide. Heureusement, rien n'est arrivé aux pilotes et aux combattants. Ils ont atterri dans les champs et se sont lancés dans la bataille, affrontant des dizaines de terroristes et les tuant.

Alumim

Une équipe de terroristes s'est infiltrée dans le kibboutz et a tué près de 20 travailleurs thaïlandais et népalais. L'équipe d'alerte et les volontaires ont combattu les terroristes pendant six heures.

Alumim

"Le commandant de l'unité Metzada de l'administration pénitentiaire qui s'est précipitée sur le site se souvient de la bataille. "Nous avons repéré la camionnette du Hamas à l'entrée arrière d'Alumim, avec de grandes quantités de RPG, d'explosifs et de munitions, et nous avons compris qu'il s'agissait d'équipes fortes et non d'un terroriste solitaire armé d'une kalachnikov. Sur le chemin de la porte, nous avons été accueillis par des tirs nourris et mes combattants ont réussi à tuer plusieurs terroristes. Notre chef de section a reçu une balle dans le bras et a continué à se battre pendant une heure. Nous avons vu un certain nombre de corps et nous avons tué beaucoup de terroristes, mais le degré et l'ampleur de la cruauté que nous avons rencontrée sur le terrain étaient quelque chose de tout à fait nouveau." "

www.ynetnews.com

Kisufim

Une attaque dévastatrice a entraîné la mort de plusieurs membres du kibboutz et de travailleurs étrangers.

Pri Gan

L'équipe d'alerte locale étant en grande partie absente, les terroristes ont réussi à pénétrer dans la colonie, faisant plusieurs victimes. L'équipe d'alerte de Shlomit s'est précipitée à Pri Gan où, dans la maison adjacente à la porte arrière, elle a combattu les terroristes pendant une heure. Ces combats ont permis d'éviter un massacre dans la colonie. Deux résidents de Shlomit, Aviad Cohen et Reuven Shishportish, ont été tués et quatre ont été légèrement ou modérément blessés.

Yad Mordechai

Les défenses de la colonie ont réussi à repousser une tentative d'infiltration, empêchant tout terroriste d'entrer.

Gevim

Les terroristes sont parvenus jusqu'à la clôture du kibboutz adjacent à Sderot. Le coordinateur de la sécurité militaire et un membre de la brigade d'alerte les ont repoussés lors d'un échange de coups de feu. Ils ont été blessés et évacués après plusieurs longues heures.

Les matériaux ont été tirés de :

zakaworld.org

www.ynetnews.com


NOUS AIDER À COMPLÉTER LE MATÉRIEL PAR DES FAITS


Chronologie des événements du 7 octobre

06:30

Les sirènes d'alerte aérienne ont été activées dans le sud et le centre d'Israël en réponse aux missiles du Hamas.

07:00

Le festival de musique Supernova, près du kibboutz Re'im, a été attaqué par des militants du Hamas.

07:40

Les forces de défense israéliennes ont confirmé que des militants du Hamas étaient entrés dans le sud d'Israël et ont demandé aux habitants de Sderot et d'autres villes de rester à l'intérieur.

08:23

Israël a déclaré l'état d'alerte à la guerre, activant ses réservistes, en réponse à la poursuite des attaques à la roquette.

08:34

Israël a annoncé qu'il avait entamé des opérations de contre-offensive contre le Hamas.

10:47

L'armée de l'air israélienne commence à attaquer Gaza.

11:35

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait sa première déclaration sur le conflit via Twitter, déclarant qu'Israël était en guerre.

12:21

Les forces de défense israéliennes ont entamé des opérations pour soulager les villes du sud d'Israël alors que le nombre de roquettes lancées depuis Gaza est passé à plus de 1 200.

12:29

Les États-Unis ont fait une première déclaration, par l'intermédiaire du Conseil national de sécurité, qui a condamné l'attaque terroriste et réaffirmé le soutien des États-Unis à Israël.

16:08

Le président Joe Biden s'est entretenu avec M. Netanyahu et lui a exprimé ses condoléances et son soutien, avant de déclarer, lors d'un discours, que le soutien des États-Unis à Israël était "...solide et inébranlable".


Dernières nouvelles



wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !