Le point de vue d'un maire de Gaza sur le conflit
   Temps de lecture - 4

AVIS
LETTRES

Re "Je suis le maire de la ville de Gaza. Our Lives and Culture Are in Rubble", par Yahya R. Sarraj (Opinion guest essay, nytimes.com, Dec. 24) :

Au rédacteur en chef :

M. Sarraj, je suis triste en lisant votre article. Je pleure particulièrement la perte de votre fils aîné et la destruction des parties de Gaza qui vous ont inspiré tout au long de votre vie. Ces terribles événements sont dus à la guerre.

Les habitants de Gaza ont célébré le début de cette guerre. Ne savaient-ils pas ce qui allait suivre ? Et vous non plus, vous ne saviez pas ?

Ne saviez-vous pas que l'objectif déclaré du Hamas est de détruire l'État d'Israël ? Et ne saviez-vous pas que si le Hamas mettait en œuvre cet objectif, il déclencherait la guerre à Gaza ?

Et pourtant, bien que vous sachiez tout cela, vous n'en parlez pas dans votre article. Au lieu de cela, vous suggérez que les Palestiniens veulent vivre en paix avec leurs voisins. Mais les trois quarts des Palestiniens étaient favorables à l'invasion d'Israël par le Hamas. Est-ce là votre conception de la paix ?

Ne saviez-vous pas que le Hamas a construit des centaines de kilomètres de tunnels sous vos maisons, vos hôpitaux et vos écoles ? Et pourtant, vous vous demandez pourquoi Israël les bombarde.

Si vous êtes intéressés par la paix, ne pensez-vous pas qu'un bon point de départ serait une description honnête de ce qui s'est passé entre Israël et Gaza et de ne pas prétendre que Gaza est une victime innocente d'une agression militaire aveugle ?

Robert Niederman
Chapel Hill, N.C.

Au rédacteur en chef :

Je félicite le New York Times d'avoir publié le récit impartial et sérieux de Yahya R. Sarraj sur les événements horribles qui se déroulent à Gaza.

Selon l'Observatoire Euro-Med des droits de l'homme, Israël a frappé la bande de Gaza avec l'équivalent de deux bombes nucléaires.

Le nombre de morts a dépassé le chiffre stupéfiant de 21 000, dont plus de 8 000 enfants. Plus de 80 % de la population, soit environ 1,9 million de personnes, a été déplacée.

Dans une atmosphère médiatique où toute voix palestinienne est hâtivement réduite au silence comme étant antisémite, je salue votre intégrité journalistique en apportant des points de vue divers.

Asma Ahmad
Orange, Calif.

Au rédacteur en chef :

Yahya R. Sarraj n'est pas innocent. Son essai est éloquent dans son exposition de la manière dont Gaza a été lésée par Israël. Et il est tragique que son fils ait été tué.

Mais lui et son organisation sont responsables.

Il a été nommé par le Hamas. Il fait partie de l'organisation qui a conçu et exécuté un horrible attentat contre Israël. Il passe l'attaque sous silence. Il n'exprime pas son horreur ou ne condamne pas ce qui s'est passé en Israël et cherche à détourner la responsabilité des actes inhumains et des crimes de guerre grotesques commis par le Hamas. Au lieu de cela, il rejette la faute sur Israël.

Il ne critique pas les actions du Hamas au cours des années qui ont suivi le départ d'Israël de la bande de Gaza en 2005. Il ne critique pas non plus la ville de tunnels construite pour abriter les armes et cacher les militants du Hamas, ni le détournement des ressources pour construire une organisation déterminée à détruire Israël. Ni le détournement des ressources pour construire une organisation déterminée à détruire Israël. Ou encore les milliers de roquettes tirées sur Israël.

L'essai de M. Sarraj est de la propagande pure et simple. Il vise à légitimer le Hamas, une organisation génocidaire et maléfique, et rien d'autre.

Pourquoi le publier ?

Jeremy Levin
New York

Au rédacteur en chef :

Je vous félicite d'avoir publié l'essai du maire Yahya R. Sarraj, même si vous risquez d'être accusé (injustement à mon avis) d'être pro-Hamas ou antisémite.

Je pense qu'il est très important que vos lecteurs commencent à se faire une idée de la douleur et de la destruction causées par la contre-attaque d'Israël à la suite de l'attaque brutale du Hamas le 7 octobre.

Il est important que le monde voie ne serait-ce qu'une infime partie de la réalité que subissent les habitants de Gaza. Il est vital que nous obtenions des informations véridiques et objectives des deux côtés de ce conflit tragique et que nous ne supprimions pas des informations simplement parce qu'elles mettent quelqu'un mal à l'aise.

C'est un fils de survivants de l'Holocauste qui écrit ces lignes.

Joseph Tein
Friday Harbor, Wash.

Réponse à l'article adressé au maire de la ville de Gaza, Yahya R. Sarraj

1er janvier 2024



Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !