Daily Mail
   Temps de lecture - 5

Les visages des jeunes filles toujours détenues par le Hamas, alors que leurs familles lancent un appel désespéré pour leur libération, trois mois après leur capture.

Voir les visages terrifiés des quatre adolescentes tachées de sang défiler sous les yeux des tireurs du Hamas dépassait le pire des cauchemars de leurs parents.

Ces images obsédantes ont été prises quelques heures seulement après leur enlèvement. Liri Albag, Karina Ariev, Daniela Gilboa et Agam Berger y apparaissent comme l'ombre d'elles-mêmes.

Trois mois se sont écoulés depuis l'enregistrement qui les montrait alignés contre un mur à Gaza, les mains liées derrière eux, et ils sont toujours en captivité.

Les parents de quatre jeunes Israéliennes, Liri Elbag, Karina Arieva, Agam Berger et Daniela Gilboa, enlevées par des terroristes et détenues par le Hamas à Gaza pendant plus de 90 jours, ont remis des photos choquantes de leurs filles au journal britannique The Daily Mail. Le journal a publié les photos en première page de son édition du lundi 8 janvier.

Chaque photo est accompagnée d'un récit de douleur et de désespoir des parents des jeunes filles enlevées. "Imaginez que votre fille bien-aimée soit retenue captive par des voyous aux mains ensanglantées", peut-on lire dans la question adressée à tous les parents de la planète.

Les photos du journal sont placées par paires, l'une avant le 7 octobre et l'autre après. Les images sont tirées de vidéos diffusées par le Hamas. Il est impossible de regarder les visages des jeunes filles sans pleurer.

Il y avait plusieurs vidéos. Tout d'abord, une courte vidéo des otages. Une autre vidéo montrait les filles poussées à l'arrière d'un camion et menacées avec des armes. Viennent ensuite des témoignages d'horribles abus et de violences sexuelles à l'encontre des captives.

"Imaginez que ce soit votre fille, votre petite fille entre leurs mains", a déclaré Orly, 38 ans, la mère de Daniela. "Qu'est-ce que vous imagineriez ?"

Karina Ariev
Karina Ariev( 19)
Agam Berger
Agam Berger (19)
Liri Albag
Liri Albag (18)
Daniela Gilboa
Daniela Gilboa (19)
courte vidéo des otages
Courte vidéo sur les otages

Le père de Liri, Eli, 54 ans, a déclaré : "Pensez un jour que vous n'avez pas de lien avec votre fille et que vous savez qu'elle est entre les mains de mauvaises personnes. Puis dites-moi ce que vous diriez après 90 jours. Cela nous tue. Chaque minute est comme une heure".

Les jeunes filles ont été enlevées à Nahal Oz, près de la frontière de Gaza, dans les premières heures de l'attaque du Hamas, le 7 octobre, qui a fait 1 200 morts et de nombreuses femmes ont été violées.

"Nous savons ce que les terroristes ont fait le 7 octobre", a déclaré la mère de Daniela, qui rêvait d'une carrière de chanteuse. - S'ils ont pu faire cela en un jour, que peuvent-ils faire en 90 jours ? Je ne veux même pas penser à ce que ces filles ont vécu.

Les familles des personnes enlevées tentent de se soutenir mutuellement. "Nous nous réunissons et nous pleurons ensemble", admet Shiri Elbag, une mère de quatre enfants dont la plus jeune fille, Liri, se trouve à Gaza.

Agam, 19 ans, originaire de Holon, est une violoniste talentueuse promise à un bel avenir. "Nous avons beaucoup entendu parler de ce que ces sous-hommes font subir aux filles israéliennes en captivité", m'a dit son père Shlomi. - Je ne peux même pas penser à ce qui se passe là-bas..."

Karina, 19 ans, originaire de Jérusalem, a une sœur, Sasha. "C'est un sentiment terrible - l'impuissance", dit-elle. - Ma mère est dans un état terrible, elle ne sait pas quoi faire.

"Ils ne peuvent pas rester là un jour de plus"

Les parents de quatre filles israéliennes
Les parents de quatre jeunes filles israéliennes. Vidéo Daily Mail

Hen Goldstein-Almog, qui a été libérée avec ses trois enfants, a déclaré avoir rencontré des jeunes filles pendant sa captivité. "Certaines étaient très jeunes, de l'âge de mes enfants, et j'ai essayé de les prendre dans mes bras et de les réconforter", a-t-elle déclaré, ne pouvant retenir ses larmes. Selon elle, des choses terribles se produisent là-bas.

Certaines filles ont passé 50 jours ou plus en captivité, détenues par le Hamas", a déclaré Hen. - Elles pleuraient tout le temps. Elles ont raconté comment elles ont été battues et molestées. Elles ont décrit le harcèlement sexuel qu'elles subissaient quotidiennement sous la menace d'une arme. Certaines ont été blessées et n'ont pas reçu de soins médicaux. Certaines ont même perdu des membres..."

Selon Goldstein-Almog, "ils sont forts et n'ont pas perdu espoir. Mais les otages meurent chaque jour en captivité. Ils doivent être libérés le plus rapidement possible".

NATALIE LISBONA À TEL AVIV et ANDY JEHRING À LONDRES POUR LE DAILY MAIL



Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !