L'ordre de Biden est un geste rare contre un allié
   Temps de lecture - 4

Washington impose des sanctions aux Israéliens dans un contexte de tensions croissantes en Cisjordanie

L'administration Biden a annoncé des sanctions à l'encontre de quatre Israéliens accusés d'avoir commis des actes de violence à l'encontre de colons de Cisjordanie, ce qui témoigne d'un mécontentement croissant à l'égard de la position des États-Unis vis-à-vis du Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Le décret du président Joe Biden vise les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, où les Palestiniens aspirent à établir leur futur État. Le décret met en œuvre des sanctions et des restrictions en matière de visas à l'encontre des personnes qui attaquent, intimident ou saisissent les biens des Palestiniens, comme l'a indiqué Jack Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

Selon M. Sullivan, cette mesure vise à favoriser la paix et la sécurité tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens.

À la suite d'une attaque menée par des militants palestiniens du Hamas contre Israël au début du mois d'octobre, les attaques quotidiennes contre les colonies ont plus que doublé pendant près de quatre mois. Les représailles d'Israël contre la bande de Gaza contrôlée par le Hamas ont accru les tensions dans la région.

Les premiers citoyens israéliens à être déclarés "menace pour la sécurité nationale des États-Unis" sont quatre colons : David Shai Hasdaei, Yinon Tanjil, Shalom Zikkerman et Yinon Levy. Le département d'État a souligné :

David Chai Chasday : Instigateur et chef d'une émeute ayant entraîné l'incendie d'un véhicule et d'un bâtiment, des dommages aux biens de Huwara et la mort de citoyens palestiniens.

Eynan Tangi : A attaqué des agriculteurs en Palestine et en Israël, leur causant des blessures nécessitant un traitement médical.

Shalom Zecherman : attaques documentées contre des militants et des véhicules israéliens en Cisjordanie, tentatives de briser les vitres des voitures et blessures d'au moins deux militants.

Johann Levi : A dirigé un groupe de colons qui ont attaqué des Palestiniens pacifiques et des personnes démunies, incendiant leurs terres et détruisant leurs biens.

Antony Blinken
Antony Blinken

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré : "Israël doit faire davantage pour mettre fin à la violence contre les citoyens de Cisjordanie et demander des comptes aux responsables".

"Les États-Unis continueront à prendre des mesures pour atteindre leurs objectifs de politique étrangère, y compris la viabilité d'une solution à deux États, garantissant la sécurité des Israéliens et des Palestiniens", a-t-il ajouté.

M. Biden et d'autres hauts fonctionnaires américains ont constamment averti Israël de prendre des mesures pour mettre fin à la violence des colonies israéliennes à l'encontre des Palestiniens en Cisjordanie. Cette question a été directement abordée avec l'OTAN, alors que M. Biden s'efforce de trouver une solution à deux États entre Israël et la Palestine après le conflit de Gaza.

Ordre de Biden - Le bureau de Netanyahu a estimé que les actions américaines n'étaient pas nécessaires
Le bureau de M. Netanyahu a estimé que l'action des États-Unis n'était pas nécessaire

Le bureau de M. Netanyahu a jugé l'action des États-Unis inutile, déclarant qu'"Israël prend systématiquement des mesures contre toutes les violations de la loi, et qu'il n'est donc pas nécessaire de prendre des mesures extraordinaires à cet égard".

La Cisjordanie, où les Palestiniens cherchent à obtenir le statut d'État à côté de Gaza, a connu une augmentation de la violence en raison de l'accroissement de la population juive et de l'impasse dans laquelle se trouve depuis près de dix ans le processus de paix soutenu par les États-Unis.

Depuis qu'Israël a pris la Cisjordanie à la Jordanie en 1967, les Palestiniens la considèrent comme le cœur de leur État indépendant. Cependant, de nombreux pays considèrent les colonies israéliennes comme illégales, tandis qu'Israël invoque des revendications historiques et bibliques sur le territoire.

Le chef du parti d'extrême droite "Sionisme religieux", favorable à la colonisation, a réagi à l'ordre de M. Biden en qualifiant la campagne de "violence des colons" de mensonge antisémite répandu par les ennemis d'Israël.

En décembre, les États-Unis ont commencé à refuser de délivrer des visas à des personnes impliquées dans des actes de violence en Cisjordanie israélienne.

Par ailleurs, le ministère de la santé de l'enclave a indiqué que le 7 octobre, le Hamas a détruit 1 200 vies et pris 253 otages, déclenchant des offensives israéliennes et faisant plus de 27 000 victimes, ainsi que d'autres morts enterrées sous les décombres.




Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !