Le problème de la confiance
   Temps de lecture - 8

Le problème de la confiance est le principal obstacle à la résolution du conflit qui sévit depuis un demi-siècle. Regardons cette amère réalité.

Israël et la Palestine sont deux peuples, deux États, mais l'histoire de leur confrontation ressemble à une série de tragédies continues. Aujourd'hui, selon de nombreux analystes, les chances de coexistence pacifique des deux États sont pratiquement irréalisables.

Le problème ne réside pas seulement dans la complexité des négociations, mais aussi dans la confiance, qui a été perdue depuis longtemps. La société israélienne a du mal à croire que les atrocités commises par le Hamas ne se reproduiront pas. D'autre part, les Palestiniens ne sont pas prêts à oublier les milliers de victimes et les destructions à Gaza.

Une enquête menée en décembre par le Centre palestinien de recherche politique et sociologique a montré que le soutien des Palestiniens à l'idée de deux États a légèrement augmenté pour atteindre 34 %. Dans le même temps, le soutien à la lutte armée en Cisjordanie est passé de 54 % à 68 %. Ces données indiquent une augmentation du scepticisme et du pessimisme.

Israël et ses voisins.
Israël et ses voisins. Le problème de la confiance.

Des tendances alarmantes similaires peuvent être observées chez les Israéliens. Selon le Pew Research Center, seuls 35 % des Israéliens pensent que deux États peuvent coexister pacifiquement. Au cours des dernières décennies, le soutien à l'idée de deux États parmi les Israéliens a diminué.

Les gens ne sont pas encore prêts.

La paix demande du temps et de la patience. Les personnes des deux côtés du conflit ont besoin d'une vie non militaire les unes à côté des autres pour commencer à reconstruire la confiance mutuelle. Les paroles du publiciste israélien et négociateur chevronné Gershon Baskin semblent être la voix de la raison : "Il faut du temps. Les gens ne peuvent pas penser rationnellement en ce moment. Ils sont traumatisés et veulent se venger. Malgré toutes les composantes rationnelles de cette formule, les gens ne sont pas prêts".

Il existe un déséquilibre entre le désir de la communauté internationale de mettre en œuvre la formule des deux États et la réticence des Israéliens et des Palestiniens à l'accepter comme une solution viable. Cela jette un doute sur la possibilité de résoudre le conflit. Toutefois, comme le note Martin Indyk, ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, malgré les difficultés, les États-Unis et d'autres pays doivent poursuivre leurs efforts pour établir un ordre stable à Gaza, qui pourrait éventuellement conduire à une solution à deux États.

Nous sommes aujourd'hui confrontés à une tâche difficile. Nombreux sont ceux qui doutent de la possibilité d'un avenir pacifique. Selon le professeur Nathan J. Brown, les combats actifs pourraient cesser, mais les escarmouches se poursuivront, et Gaza pourrait devenir un "super camp" où les habitants dépendent de l'aide humanitaire extérieure.

Les mandataires de l'Iran célèbrent la journée d'Al-Qods.
Les mandataires de l'Iran célèbrent la journée Al-Quds. Le problème de la confiance.

La situation difficile dans le nord d'Israël est également préoccupante. Israël et le Hezbollah au Liban sont au bord d'une guerre totale. Sans le consentement de l'Iran, il est peu probable que le Hezbollah déclenche les hostilités, mais le risque est grand. Le conflit pourrait dégénérer en une guerre régionale, ce qui accroîtrait l'incertitude dans la région.

Intermédiaires.

Les médiateurs, menés par les États-Unis, tentent désespérément d'éviter que ce conflit ne se transforme en une véritable guerre au Moyen-Orient et, à l'horizon, les élections présidentielles de novembre aux États-Unis, qui approchent à une vitesse inexorable, ajoutent une pression temporaire à cette situation difficile.

Pour beaucoup, "deux États pour deux peuples" reste un motif global important pour résoudre le conflit israélo-palestinien, malgré sa longue histoire d'impasse. Il semble qu'il n'y ait pas d'autre solution pour la coexistence pacifique des deux peuples.

La question qui se pose maintenant est la suivante : quel sera l'avenir de Gaza après la guerre ? La paix sera-t-elle possible et quelle est la place de la Palestine dans ce tableau ?

La perspective d'une Palestine sur la carte du monde semble plus insaisissable que jamais ces jours-ci. Cependant, presque tous les alliés d'Israël et les pays neutres proposent cette voie diplomatique particulière.

Il est à noter que même les pays du monde arabe, les Américains et les Européens soutiennent encore cette idée.

Le problème de la confiance

L'exception est le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui s'est opposé à la création d'un État palestinien pendant la majeure partie de sa carrière politique. Au milieu des hostilités, il a choisi d'éviter de discuter de l'avenir de Gaza et de la nature de l'issue du conflit.

Fin janvier, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrel, a réagi vivement au refus du Premier ministre israélien de discuter de l'idée de "deux Etats" : "Quelle devrait être la solution ? Expulser les Palestiniens de Gaza ou les tuer tous ?".

"Non, je ne pense pas".
"Non, je ne pense pas".

Néanmoins, les États-Unis, alliés de longue date d'Israël, insistent sur l'idée de deux États. Le président Joe Biden a insisté sur le fait que "lorsque le conflit sera terminé, il faudra avoir une vision de l'avenir. De mon point de vue, il devrait s'agir d'une solution à deux États".

À l'approche des élections de novembre, M. Biden a besoin du soutien des Américains d'origine arabe et musulmane, en particulier dans l'État du Michigan, qui abrite la plus grande communauté arabo-américaine. Ils reprochent au président de soutenir trop activement Israël dans sa guerre contre le Hamas. Les partenaires d'extrême droite de M. Netanyahu rêvent également d'occuper la bande de Gaza et d'y installer des Israéliens. Mais leurs projets se heurtent à l'opposition des alliés d'Israël et même de nombreux Israéliens, y compris les militaires.

Il est important de rappeler qu'Israël a retiré ses troupes et ses colons de Gaza en 2005, après 38 longues années d'occupation. Les militaires impliqués dans les combats en cours à Gaza ne sont pas pressés d'y retourner.

"Bibi".

Le ministre israélien de la défense, Yoav Galant, propose un plan de règlement de l'après-guerre dans lequel les Palestiniens non affiliés à des groupes radicaux jouent un rôle clé dans la gestion de Gaza. Toutefois, Israël conserve le contrôle de la sécurité et l'armée israélienne conserve le libre accès à Gaza pour des missions et des inspections.

Selon les experts, M. Netanyahou évite de donner une réponse précise, probablement pour ne pas contrarier ses partenaires de coalition ultranationalistes et pour ne pas retarder la décision jusqu'après les élections américaines.

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Tel Aviv pour manifester contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu.
Des milliers de personnes se sont rassemblées à Tel Aviv pour manifester contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le problème de la confiance.

"Netanyahou n'est pas motivé par une solution au conflit, la question principale pour lui est sa propre survie politique", a déclaré Stephanie Latt Abdallah, spécialiste du Moyen-Orient.

Mais selon Frédéric Ensel, politologue et maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris, il existe trois conditions essentielles au retour d'un véritable processus de paix similaire aux accords d'Oslo de 1993 : la démilitarisation du Hamas, le retour de l'Autorité palestinienne dans le secteur et un changement de gouvernement en Israël.

Les Etats-Unis espèrent toujours convaincre Netanyahu et soutiennent l'idée de la création d'un Etat palestinien. Finalement, à l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre israélien, Joe Biden a répondu par la négative à la question de la possibilité d'un accord qui ouvrirait la voie à un État palestinien : "Non, je ne pense pas".




Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !