Robert Crampton
   Temps de lecture - 5

Le film de 43 minutes sur le massacre du Hamas est la pire chose que j'ai vue


Robert Crampton a visionné les images des attaques du Hamas en Israël.

Les images en gros plan et non censurées des meurtres perpétrés de sang-froid en Israël le 7 octobre sont extrêmement poignantes. Faut-il se forcer à les regarder ?

Le contraste entre l'auguste bibliothèque d'un groupe de réflexion très respecté du centre de Londres et le film de 43 minutes qui y est projeté est saisissant. Cette organisation est vouée à encourager la recherche mesurée et le débat civilisé, les hommes et les femmes employant les meilleurs attributs de l'humanité pour tenter de résoudre les différences et les problèmes. Les images projetées à son siège hier soir ont pourtant montré notre espèce sous son plus mauvais jour.

Vous savez, intellectuellement, que nous, les humains, sommes capables de nous comporter ainsi. Mais lire sur une telle brutalité survenue il y a longtemps est une chose ; regarder sur un écran ce qui s'est passé dans le sud d'Israël il y a sept semaines, dont une grande partie a été joyeusement filmée par les auteurs, c'est autre chose. Nous étions une trentaine dans la salle, des spécialistes endurcis, des experts en matière de défense et de sécurité, des diplomates, des militants. Pourtant, les halètements de choc étaient fréquents, le silence de stupeur à la fin total.

Capture d'écran des images diffusées par les FDI montrant un combattant du Hamas attaquant des civils israéliens.
Une capture d'écran des images diffusées par les FDI montrant un combattant du Hamas attaquant des Israéliens.

Les images - brutes dans les deux sens du terme - compilées à partir de caméras corporelles, de vidéosurveillance et de vidéos de téléphones portables des massacres perpétrés en Israël le 7 octobre sont sans aucun doute les pires que j'aie jamais vues. Des meurtres à bout portant, à bout portant et de sang-froid, les uns après les autres, les uns après les autres. La décapitation sauvage du corps d'un jeune soldat dans un kibboutz. Les cadavres entassés d'adolescents, les filles en tenue de fête étincelante, la poitrine déchiquetée par des balles de gros calibre, au festival Nova dans le désert. Deux petits garçons terrifiés, en slip, gémissant leur chagrin et leur peur au lendemain de la mort de leur père dans l'explosion d'une grenade. Des jeunes gravement blessés, saignant abondamment, sortis d'un abri, chargés dans une camionnette et emmenés au loin. Des foules en fête à Gaza, crachant et piétinant des Israéliens kidnappés, certains déjà morts, d'autres à peine vivants. Des terroristes du Hamas , dont beaucoup n'ont pas dépassé l'adolescence, se bousculant pour prendre des selfies, alignant l'appareil photo pour avoir un cadavre en arrière-plan, comme on le ferait avec des amis lors d'une visite touristique. Des balles traversant les murs d'un jardin d'enfants, l'exemple même d'une cible facile.

Si les images sont, par définition, plus explicites, le son est plus effrayant. Nous avons déjà entendu parler de l'homme appelant ses parents pour se vanter que "votre fils a tué dix Juifs à mains nues". Ce qui m'a frappé, cependant, ce n'est pas l'exubérance dépravée de ce jeune homme, mais le calcul insensible de nombre de ses compagnons d'infortune. "Là, à la lumière, sous la table, un, deux, trois...", dit un terroriste à un autre, en comptant les jeunes femmes gémissantes sous une table, ses ordres étant ponctués de coups de feu. "Dans la tête", répète-t-il à plusieurs reprises, incitant son partenaire à économiser ses munitions. "Dans la tête".

Capture d'écran des images diffusées par les FDI montrant un combattant du Hamas attaquant des civils israéliens.

Le kibboutz Be'eri, dans le sud d'Israël, l'un des sites des attaques du Hamas. REX/SHUTTERSTOCK Robert Crampton a visionné les images.

Un autre téléphone à son commandant, qui lui ordonne de ramener un corps pour "laisser les gens jouer avec". L'officier subalterne répond que certains de ses hommes "jouent" déjà avec des têtes coupées. Stephen Fry, assis juste derrière moi, a laissé échapper un gémissement silencieux et torturé. Je crois que j'ai fait de même. Peter Tatchell, deux rangs devant, a baissé la tête en silence, désespéré. Les deux mots les plus souvent prononcés par le Hamas ce jour-là semblent avoir été, une fois traduits, "Dieu" et "chien". Deux mots courts, l'un à l'envers de l'autre, qui résument leurs sentiments et leur motivation, et qui suggèrent peut-être comment tant de gens peuvent perdre la raison et leur humanité au point d'être capables de faire ce qu'ils ont fait. Dieu - leur Dieu - est grand. Les Juifs ne sont pas des personnes, mais des chiens...


Robert Crampton a visionné les images des attaques du Hamas en Israël.

Lire l'article original...

0 0 votes
Classement des articles

S'abonner
Notifier
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires
Habillage
Habillage
Il y a 18 jours

Bonjour le monde. Ils ont menacé de répéter ces actes jusqu'à ce que tous les Juifs soient morts. Trois générations élevées avec des livres de mathématiques glorifiant le meurtre des Juifs, des enseignants de l'UNRW disant aux petits enfants qu'ils peuvent aspirer à devenir des kamikazes. Et vous nous blâmez, nous les Israéliens ?

Dernière modification il y a 18 jours par Habage

Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

1
0
J'aimerais avoir votre avis, n'hésitez pas à commenter.x
wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !