L'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens a déclaré qu'elle enquêtait sur son personnel soupçonné d'être impliqué dans une attaque du Hamas contre Israël.
   Temps de lecture - 11

Le personnel de l'ONU accusé d'avoir participé à l'attaque du Hamas contre Israël

L'organisation mondiale des Nations Unies s'est retrouvée au centre d'un scandale après que ses employés ont été accusés d'avoir participé à une attaque terroriste du Hamas contre Israël. Selon diverses sources, plusieurs pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, ont suspendu le financement de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) en raison de ces allégations.

Le début du scandale

Les Nations unies affirment qu'Israël leur a fourni des informations sur l'implication présumée des membres du personnel.
Les Nations unies affirment qu'Israël leur a fourni des informations sur l'implication présumée des membres du personnel. Le HAMAS sous le drapeau de l'ONU

Le scandale a officiellement éclaté au début de l'année 2024, lorsque les dirigeants de l'ONU ont reçu des informations sur l'implication possible d'employés de l'UNRWA dans l'attaque terroriste du Hamas contre Israël qui a eu lieu le 7 octobre 2023.

Philippe Lazzarini
Philippe Lazzarini

"J'ai décidé de mettre fin immédiatement aux contrats de travail de ces employés et de mener une enquête pour établir la vérité sans délai", a déclaré le ministre.

a déclaré Philippe Lazzarini, commissaire général de l'UNRWA.

Détails des charges

Les employés de l'UNRWA sont accusés d'avoir aidé le Hamas à organiser l'attaque qui a déclenché la guerre à Gaza, ou d'avoir aidé le Hamas dans les jours qui ont suivi. Selon les autorités israéliennes, environ 1 200 personnes ont été tuées en Israël ce jour-là, et environ 240 ont été enlevées et emmenées à Gaza.
Ronen Bergman, du New York Times Magazine, a examiné les documents des services de renseignement relatifs aux allégations israéliennes et a interrogé des fonctionnaires informés de leur contenu.
L'un d'entre eux est accusé d'avoir enlevé une femme. Un autre aurait distribué des munitions. Le troisième a été décrit comme ayant participé au massacre du kibboutz qui a tué 97 personnes. Tous auraient été des employés de l'agence de secours des Nations unies qui forme, abrite et nourrit des centaines de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza.
Ces allégations sont contenues dans un dossier fourni au gouvernement américain détaillant les revendications d'Israël à l'encontre d'une douzaine d'employés de l'Office de secours et de travaux des Nations unies qui, selon lui, ont joué un rôle dans les attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre ou dans leurs suites.
Interrogé sur les allégations d'Israël dimanche, l'UNRWA a déclaré que deux des 12 employés étaient décédés mais n'a pas pu fournir d'autres informations alors que le Bureau des services de contrôle interne de l'ONU poursuivait son enquête.
Le Times a confirmé l'identité de l'un des 12 travailleurs, un responsable d'entrepôt dont le profil sur les médias sociaux le présente comme un employé de l'UNRWA et le montre portant des vêtements de la marque de l'ONU.
Un dossier israélien présenté aux responsables américains vendredi énumère les noms et les postes des employés de l'UNRWA, ainsi que les allégations à leur encontre.
Le dossier indique que les officiers de renseignement israéliens ont identifié les mouvements de six hommes à l'intérieur d'Israël le 7 octobre sur la base de leurs téléphones portables ; d'autres ont été surveillés lors d'appels téléphoniques à l'intérieur de Gaza, au cours desquels les Israéliens disent qu'ils ont discuté de leur implication dans l'attaque du Hamas.
Selon le dossier, trois autres personnes ont reçu des messages textuels leur ordonnant de se présenter à des points de rendez-vous le 7 octobre, et l'une d'entre elles a reçu l'ordre d'apporter des grenades propulsées par fusée stockées à son domicile.
Les Israéliens ont décrit les 10 employés comme des membres du Hamas, le groupe militant qui contrôlait la bande de Gaza lors de l'attaque du 7 octobre. Un autre aurait été affilié à un autre groupe militant, le Jihad islamique.
Cependant, il est rapporté que les sept accusés ont également travaillé comme enseignants dans les écoles de l'UNRWA, enseignant aux élèves des matières telles que les mathématiques et l'arabe. Les deux autres occupaient d'autres fonctions dans les écoles. Les trois autres ont été décrits comme un employé de bureau, un travailleur social et un gestionnaire d'entrepôt.
Les allégations les plus détaillées du dossier concernent un psychologue scolaire de Khan Yunis, dans le sud de Gaza, qui est accusé d'avoir aidé son fils à kidnapper une femme d'Israël avec son fils.
Un travailleur social de Nuseirat, dans le centre de Gaza, est accusé d'avoir aidé à faire entrer le corps d'un soldat israélien mort à Gaza, ainsi que d'avoir distribué des munitions et coordonné des véhicules le jour de l'attaque.

Selon le rapport du WSJ, 23 % des employés masculins de l'Unrwa étaient affiliés au Hamas, ce qui est supérieur à la moyenne de 15 % des hommes adultes à Gaza, ce qui indique une politisation plus importante de l'agence par rapport à la population dans son ensemble.

La réaction de la communauté mondiale

Les États-Unis ont été les premiers à réagir à ces allégations. Le département d'État a exprimé son extrême préoccupation et a suspendu l'allocation de fonds supplémentaires à l 'UNRWA. Par la suite, des mesures similaires ont été prises par un certain nombre de pays, dont le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie, l'Italie et la Finlande.

Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a discuté de la situation avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, soulignant que les allégations contre le personnel de l'UNRWA devaient faire l'objet d'une enquête approfondie et rapide. Selon le département d'État américain, les allégations concernent 12 employés de l'agence.

Dans un communiqué, le ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth a déclaré : "Le Royaume-Uni est consterné par les allégations concernant le personnel de l'UNRWA : "Le Royaume-Uni est consterné par les allégations selon lesquelles le personnel de l'UNRWA aurait participé à l'attaque contre Israël le 7 octobre, un acte terroriste méprisable que le gouvernement a condamné à plusieurs reprises. Le financement a été suspendu pendant que le gouvernement examine les allégations contre l'UNRWA.

Horaire de travail allégé - Le HAMAS sous le drapeau de l'ONU
Horaire de travail souple

"En ce qui concerne l'affaire mentionnée ci-dessus, nous vous demandons de fournir au frère Nur-Aldin Naim Mahmoud Siam, qui travaille au lycée d'Aljanan (en tant que professeur de mathématiques), un horaire de travail flexible, car la nature de son poste chez nous exige un suivi constant".

Lettres officielles de l'aile militaire du Hamas remises en mains propres et adressées au Dr. Muhammad Hamdan, chef de la direction de l'éducation et de l'enseignement à Gaza.

Outre les États-Unis et le Royaume-Uni, d'autres pays se sont exprimés sur la question. Le Canada, l'Australie, l'Italie et la Finlande ont notamment suspendu le financement de l'UNRWA. L'Union européenne a déclaré qu'elle envisagerait d'autres mesures "en fonction des résultats d'une enquête complète et exhaustive".

La réponse de l'ONU et de l'UNRWA

Les dirigeants de l'ONU et de l'UNRWA, pour leur part, ont exprimé leur profonde inquiétude et leur stupeur face à ces allégations. Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, s'est dit choqué par ce qui s'est passé et a menacé les responsables d'un licenciement immédiat et de poursuites judiciaires si les allégations étaient confirmées. "Quiconque trahit les valeurs fondamentales des Nations Unies trahit ceux que nous servons à Gaza, dans toute la région et dans d'autres parties du monde", a souligné le chef de l'organisation mondiale.

L'organisation mondiale, l'ONU, est au cœur d'un scandale après que ses employés ont été accusés d'avoir participé à une attaque terroriste du Hamas contre Israël.
Le HAMAS sous le drapeau de l'ONU

De son côté, l'UNRWA a ouvert une enquête sur plusieurs de ses employés soupçonnés d'avoir participé à l'attaque du Hamas contre Israël. Créée en 1949, l'agence des Nations unies fournit une assistance médicale, éducative et humanitaire aux Palestiniens de Gaza, de Cisjordanie, de Jordanie, du Liban et de Syrie.

La suspension du financement de l'UNRWA pourrait avoir de graves conséquences pour l'agence et les millions de personnes qui dépendent de son assistance. Selon le chef de l'UNRWA à Gaza, les fonds restants de l'agence seront suffisants pour fournir des services à la population jusqu'à la fin du mois de février.

Des membres de l'agence humanitaire des Nations unies ont fourni au Hamas des lance-roquettes et pris en otage une Israélienne lors des attaques du 7 octobre, selon des informations accablantes
New York Post Des membres d'une agence humanitaire de l'ONU ont fourni au Hamas des lance-roquettes et pris une Israélienne en otage lors des attaques du 7 octobre, selon des informations accablantes

Les réfugiés : Faits et chiffres

Au premier semestre 2023, il y aura 114 millions de réfugiés enregistrés dans le monde, bien que le nombre réel soit beaucoup plus élevé. Sur ce total, moins de 5 %, soit 4,7 millions de personnes, sont des réfugiés palestiniens. Il est intéressant d'examiner la question de la détermination du statut de "réfugié palestinien", car elle doit être examinée séparément.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) est l'organisation chargée de gérer les affaires de tous les réfugiés, à l'exception des Palestiniens. Pour les réfugiés palestiniens, il existe une agence des Nations unies distincte, l'UNRWA.

Alors que le HCR dispose d'un effectif de 21 000 personnes pour s'occuper des 114 millions de réfugiés, l'UNRWA, qui s'occupe des affaires de 4,7 millions de réfugiés palestiniens, dispose d'un effectif de 30 000 personnes.

Le budget du HCR est d'environ un milliard de dollars, soit environ huit dollars par réfugié. L'UNRWA, quant à lui, dispose d'un budget de 1,3 milliard de dollars, ce qui se traduit par une dépense d'environ 276 dollars par réfugié palestinien.

Impact sur les Palestiniens

Depuis le début de la guerre à Gaza, plus de deux millions de Palestiniens dépendent de l'aide humanitaire. Le manque de financement peut sérieusement affecter leur bien-être et compliquer une situation déjà difficile dans la région.

Selon le chef de l'UNRWA dans la bande de Gaza, les fonds restants de l'organisation seront suffisants pour fournir des services à la population jusqu'à la fin du mois de février.
L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient a été fondé en 1949. Il fournit une assistance humanitaire aux réfugiés palestiniens en Syrie, au Liban, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Les États-Unis sont l'un des principaux bailleurs de fonds de l'organisation.HAMAS sous le drapeau de l'ONU

La réponse d'Israël

Israël, pour sa part, s'est félicité de la décision des pays de suspendre leur financement. Le ministre israélien des affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré que son ministère s'efforcerait de mettre fin aux activités de l'UNRWA à Gaza. Toutefois, selon trois fonctionnaires ayant participé à la discussion, les responsables israéliens eux-mêmes s'inquiétaient dimanche de savoir si leurs accusations ne risquaient pas, en fin de compte, de compliquer leur propre situation. Un effondrement des services à Gaza pourrait obliger Israël à jouer un rôle plus important dans la distribution de l'aide - un rôle qu'il ne souhaite pas.

Eylon Levy
Eylon Levy, porte-parole du gouvernement israélien

Réponse du Hamas

Le Hamas appelle à "ne pas succomber au chantage". "Nous appelons l'ONU et les organisations internationales à ne pas succomber aux menaces et au chantage d'Israël", a déclaré le service de presse du mouvement.
Dans l'ensemble, la situation reste tendue. Les enquêtes en cours et les mesures prises par la communauté internationale devraient apporter des réponses aux questions concernant l'implication du personnel de l'UNRWA dans l'attaque terroriste, leur éventuelle punition et l'avenir de l'agence.



Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !