Herta Muller
   Temps de lecture - 24

Une LETTRE OUVERTE

de Herta Muller


Elle est l'un des plus grands écrivains allemands contemporains. Aujourd'hui, Herta Muller, lauréate du prix Nobel, a écrit un cri d'alarme choquant pour l'Occident - La folie qui s'est emparée de certaines parties de la société occidentale depuis que le Hamas a attaqué Israël.

Ils se sont transformés en monstres

Dans la plupart des récits sur la guerre à Gaza, la guerre ne commence pas là où elle a commencé. La guerre n'a pas commencé à Gaza. Elle a commencé le 7 octobre, 50 ans exactement après l'invasion d'Israël par l'Égypte et la Syrie. Les terroristes palestiniens du Hamas ont commis un massacre inimaginable en Israël. Ils se sont filmés en héros et ont célébré leur bain de sang. Les célébrations de leur victoire se sont poursuivies à Gaza, où les terroristes ont traîné des otages gravement maltraités et les ont présentés comme butin de guerre à la population palestinienne en liesse. Cette jubilation macabre s'est étendue jusqu'à Berlin. Dans le quartier de Neukölln, on dansait dans les rues et l'organisation palestinienne Samidoun distribuait des bonbons. L'internet bruissait de commentaires joyeux.

Plus de 1 200 personnes sont mortes dans ce massacre. Après avoir été torturées, mutilées et violées, 239 personnes ont été enlevées. Ce massacre perpétré par le Hamas est une dérive totale de la civilisation. Il y a dans cette soif de sang une horreur archaïque que je ne croyais plus possible à notre époque. Ce massacre s'inscrit dans le schéma de l'anéantissement par les pogroms, un schéma que les Juifs connaissent depuis des siècles. C'est pourquoi le pays tout entier a été traumatisé, car la création de l'État d'Israël visait à se protéger contre de tels pogroms. Et jusqu'au 7 octobre, on pensait qu'il était protégé. Bien que le Hamas soit assis sur le cou de l'État d'Israël depuis 1987. La charte fondatrice du Hamas indique clairement que l'objectif est la destruction des Juifs et que "la mort pour Dieu est notre souhait le plus noble".

Même si cette charte a été modifiée depuis, il est clair que rien n'a changé : la destruction des Juifs et la destruction d'Israël restent l'objectif et le désir du Hamas. C'est exactement la même chose qu'en Iran. Dans la République islamique d'Iran, la destruction des Juifs est également une doctrine d'État depuis sa fondation, c'est-à-dire depuis 1979.

Lorsque l'on parle de la terreur du Hamas, l'Iran devrait toujours être inclus dans la discussion. Les mêmes principes s'appliquent, ce qui explique pourquoi le grand frère Iran finance, arme et fait du petit frère Hamas son homme de main. Tous deux sont des dictatures sans pitié. Et nous savons que tous les dictateurs se radicalisent au fur et à mesure qu'ils règnent. Aujourd'hui, le gouvernement iranien est exclusivement composé de partisans de la ligne dure. L'État des mollahs, avec ses gardes révolutionnaires, est une dictature militaire sans scrupules et en expansion. La religion n'est rien d'autre qu'un camouflage. L'islam politique, c'est le mépris de l'humanité, les flagellations publiques, les condamnations à mort et les exécutions au nom de Dieu. L'Iran est obsédé par la guerre, tout en prétendant qu'il ne fabrique pas d'armes nucléaires. Le fondateur de la soi-disant théocratie, l'ayatollah Khomeini, a publié un décret religieux, une fatwa, déclarant que les armes nucléaires sont contraires à l'islam.

En 2002, les inspecteurs internationaux avaient déjà découvert des preuves de l'existence d'un programme clandestin d'armement nucléaire en Iran. Un Russe a été engagé pour mettre au point la bombe. L'expert de la recherche soviétique sur les armes nucléaires a travaillé en Iran pendant des années. Il semble que l'Iran cherche à se doter d'une dissuasion nucléaire, en suivant l'exemple de la Corée du Nord - et c'est une idée effrayante. Surtout pour Israël, mais aussi pour le monde entier.

L'obsession des mollahs et du Hamas pour la guerre est si dominante que, lorsqu'il s'agit de l'extermination des Juifs, elle transcende même le clivage religieux entre chiites et sunnites. Tout le reste est subordonné à cette obsession de la guerre. La population est délibérément maintenue dans la pauvreté, alors que dans le même temps, la richesse des dirigeants du Hamas augmente de façon incommensurable - au Qatar, Ismael Haniye disposerait de milliards. Le mépris de l'humanité est sans limite. Pour la population, il ne reste presque rien d'autre que le martyre. L'armée plus la religion, c'est une surveillance totale. Il n'y a littéralement aucune place pour les opinions divergentes dans la politique palestinienne à Gaza. Le Hamas a chassé tous les autres courants politiques de la bande de Gaza avec une brutalité inouïe. Après le retrait israélien de la bande de Gaza en 2007, des membres du Fatah ont été jetés du haut d'un immeuble de quinze étages à titre de dissuasion.

Herta Muller
Herta Muller

Nos sentiments sont leur arme la plus puissante

C'est ainsi que le Hamas a pris le contrôle de toute la bande de Gaza et a établi une dictature incontestée. Incontestée parce que ceux qui la remettent en question ne vivent pas longtemps. Au lieu d'un réseau social pour la population, le Hamas a construit un réseau de tunnels sous les pieds des Palestiniens. Même sous les hôpitaux, les écoles et les jardins d'enfants financés par la communauté internationale. Gaza est une caserne militaire unique, un état profond d'antisémitisme souterrain. Complet et pourtant invisible. En Iran, on dit : "Israël a besoin de ses armes pour protéger son peuple. Et le Hamas a besoin de son peuple pour protéger ses armes.

Ce dicton est la description la plus courte du dilemme selon lequel, à Gaza, il est impossible de séparer le civil du militaire. Et cela ne s'applique pas seulement aux bâtiments, mais aussi au personnel qui s'y trouve. L'armée israélienne a été forcée de tomber dans ce piège dans sa réponse au 7 octobre. Elle n'a pas été attirée, mais forcée. Contrainte de se défendre et de se rendre coupable en détruisant les infrastructures avec toutes les victimes civiles. Et c'est précisément cette fatalité que le Hamas a voulu et exploite. Depuis, il oriente les nouvelles qui parviennent au monde. Le spectacle de la souffrance nous perturbe quotidiennement. Mais aucun reporter de guerre ne peut travailler en toute indépendance à Gaza. Le Hamas contrôle la sélection des images et orchestre nos sentiments. Nos sentiments sont leur arme la plus puissante contre Israël. Et en sélectionnant les images, il parvient même à se présenter comme le seul défenseur des Palestiniens. Ce calcul cynique a porté ses fruits.

"Ganz normal Männer"

Depuis le 7 octobre, je ne cesse de penser à un livre sur l'époque nazie, le livre "Ganz normal Männer" de Christopher R. Browning. Il décrit l'anéantissement de villages juifs en Pologne par le bataillon 110 de la police de réserve, alors que les grandes chambres à gaz et les crématoriums d'Auschwitz n'existaient pas encore. C'était comme la soif de sang des terroristes du Hamas au festival de musique et dans les kibboutzim. En une seule journée de juillet 1942, les 1 500 habitants juifs du village de Józefów ont été massacrés. Les enfants et les nourrissons sont abattus dans la rue devant leur maison, les vieillards et les malades dans leur lit. Tous les autres ont été conduits dans la forêt, où ils ont dû se déshabiller et ramper sur le sol. On se moquait d'eux, on les torturait, puis on les fusillait et on les laissait gisant dans une forêt ensanglantée. Le meurtre est devenu pervers.

Le livre s'intitule "Ganz normale Männer" (Des hommes tout à fait normaux) parce que ce bataillon de police de réserve n'était pas composé de SS ou de soldats de la Wehrmacht, mais de civils qui n'étaient plus considérés comme aptes au service militaire parce qu'ils étaient trop âgés. Ils venaient de professions tout à fait normales et se sont transformés en monstres. Ce n'est qu'en 1962 qu'un procès s'est ouvert dans cette affaire de crimes de guerre. Les comptes rendus du procès montrent que certains des hommes "prenaient un énorme plaisir à la chose". Le sadisme est allé si loin qu'un capitaine nouvellement marié a amené sa femme aux massacres pour célébrer leur lune de miel. Car la soif de sang s'est poursuivie dans d'autres villages. Et la femme se promenait dans la robe de mariée blanche qu'elle avait apportée avec elle, au milieu des Juifs qui avaient été rassemblés sur la place du marché. Elle n'est pas la seule épouse à avoir été autorisée à se rendre sur place. Dans les documents du procès, la femme d'un lieutenant raconte : "Un matin, j'étais assise avec mon mari dans le jardin de son logement, en train de prendre mon petit déjeuner, lorsqu'un simple homme de son peloton s'est approché de nous, a pris une posture raide et a déclaré : "Monsieur le lieutenant, je n'ai pas encore pris mon petit déjeuner ! Lorsque mon mari l'a regardé d'un air interrogateur, il a expliqué : "Je n'ai pas encore tué de juif.

Herta Muller
Herta Muller

Ne plus réaliser leur liberté

Est-il normal de penser aux massacres nazis le 7 octobre ? Je pense qu'il est juste de le faire, parce que le Hamas lui-même a voulu évoquer la mémoire de la Shoah. Et il a voulu démontrer que l'État d'Israël n'est plus une garantie pour la survie des Juifs. Que leur État est un mirage, qu'il ne les sauvera pas. La logique nous interdit d'approcher le mot Shoah. Mais pourquoi doit-elle l'interdire ? Parce que le sentiment que l'on éprouve ne peut se soustraire à cette proximité palpitante.

Et puis il y a autre chose qui me vient à l'esprit et qui me rappelle les nazis : le triangle rouge du drapeau palestinien. Dans les camps de concentration, c'était le symbole des prisonniers communistes. Et aujourd'hui ? Aujourd'hui, on le retrouve dans les vidéos du Hamas et sur les façades des bâtiments à Berlin. Dans les vidéos, il est utilisé comme un appel au meurtre. Sur les façades, il marque les cibles à attaquer. Un grand triangle rouge surplombe l'entrée du club techno "About Blank". Pendant des années, les réfugiés syriens et les Israéliens homosexuels ont dansé ici comme s'il s'agissait d'une évidence. Mais aujourd'hui, plus rien ne va de soi. Aujourd'hui, le triangle rouge hurle au-dessus de l'entrée. Un raver dont la famille juive est originaire de Libye et du Maroc dit aujourd'hui : "Le climat politique réveille tous les démons. Pour la droite, nous, les Juifs, ne sommes pas assez blancs ; pour la gauche, nous sommes trop blancs". La haine des Juifs a pris racine dans la vie nocturne berlinoise. Après le 7 octobre, la scène des clubs berlinois s'est littéralement recroquevillée. Bien que 364 jeunes, des ravers comme eux, aient été massacrés lors d'un festival techno, l'association des clubs n'a commenté l'événement que quelques jours plus tard. Et même cela n'a été qu'un exercice superficiel, car l'antisémitisme et le Hamas n'ont même pas été mentionnés.

J'ai vécu dans une dictature pendant plus de trente ans. Et quand je suis arrivée en Europe occidentale, je ne pouvais pas imaginer que la démocratie puisse être remise en cause de cette manière. Je pensais que dans une dictature, les gens subissaient un lavage de cerveau systématique. Et que dans les démocraties, les gens apprennent à penser par eux-mêmes parce que l'individu compte. Contrairement à la dictature, où la pensée indépendante est interdite et où le collectif forcé forme les gens. Et où l'individu n'est pas un élément du collectif, mais un ennemi. Je suis consternée de voir que les jeunes, les étudiants en Occident, sont si désorientés qu'ils n'ont plus conscience de leur liberté. Qu'ils aient apparemment perdu la capacité de distinguer la démocratie de la dictature.

Il est absurde que des homosexuels et des personnes queer, par exemple, manifestent pour le Hamas - comme ils l'ont fait à Berlin le 4 novembre. Ce n'est un secret pour personne que non seulement le Hamas, mais toute la culture palestinienne, méprise et punit les personnes LGBTQ. Un simple drapeau arc-en-ciel dans la bande de Gaza est inimaginable. Les sanctions du Hamas contre des homosexuels vont d'une centaine de coups de fouet à la peine de mort. Lors d'une enquête réalisée en 2014 dans les territoires palestiniens, 99 % des personnes interrogées ont déclaré que l'homosexualité était moralement inacceptable. Vous pouvez également adopter une approche satirique, comme le fait le blogueur David Leatherwood sur "X" : manifester pour la Palestine en tant que personne homosexuelle, c'est comme manifester pour Kentucky Fried Chicken en tant que poulet.

Je me demande également si les étudiants de nombreuses universités américaines savent ce qu'ils font lorsqu'ils scandent lors des manifestations : "Nous sommes le Hamas" ou même "Hamas bien-aimé, bombardez Tel-Aviv !" ou "Retour à 1948". Est-ce encore innocent ou déjà débile ? Bien que le massacre du 7 octobre ne soit plus mentionné lors de ces manifestations. Et il est scandaleux que le 7 octobre soit même interprété comme une mise en scène d'Israël. Ou quand pas un mot n'est dit pour exiger la libération des otages. Quand, au contraire, la guerre d'Israël à Gaza est présentée comme une guerre arbitraire de conquête et d'anéantissement par une puissance coloniale.

Les jeunes ne regardent-ils jamais que des clips sur Tiktok ? En attendant, les termes "follower", "influencer", "activiste" ne me semblent plus anodins. Ces mots élégants de l'internet sont sérieux. Ils existaient tous avant l'internet. Je les traduis à l'époque. Et soudain, ils deviennent rigides comme de la tôle et trop clairs. Parce qu'en dehors d'Internet, ils signifient adeptes, agents d'influence, activistes. Comme s'ils avaient été repris du terrain d'entraînement d'une dictature fasciste ou communiste. Leur souplesse est de toute façon une illusion. Car je sais que les mots font ce qu'ils disent. Ils favorisent l'opportunisme et l'obéissance au sein du collectif et évitent d'assumer la responsabilité de ce que fait le groupe.

Je ne serais pas surpris que certains des manifestants soient des étudiants qui, il y a quelques mois à peine, protestaient contre l'oppression en Iran avec le slogan "Les femmes, la vie, la liberté". Je suis consternée de voir que ces mêmes manifestants sont aujourd'hui solidaires du Hamas. Il me semble qu'ils ne comprennent plus la contradiction abyssale du contenu. Et je me demande pourquoi ils ne se soucient pas du fait que le Hamas n'autoriserait même pas la plus petite manifestation en faveur des droits des femmes. Et que le 7 octobre, des femmes qui avaient été violées ont été exhibées comme un butin de guerre.

Sur le campus de l'université de Washington, des manifestants jouent au jeu de groupe "People's Tribunal" pour se divertir. Des représentants de l'université sont jugés pour le plaisir. Puis les verdicts tombent, et tout le monde s'exclame en chœur : "Au gibet" ou "à la guillotine". Les applaudissements et les rires fusent, et ils baptisent leur campement "Place du martyr". Sous forme de happenings, ils célèbrent leur propre bêtise collective en toute bonne conscience. On se demande ce qui est enseigné dans les universités aujourd'hui.

Il me semble que depuis le 7 octobre, l'antisémitisme s'est répandu comme un claquement de doigts collectif, comme si le Hamas était l'influenceur et les étudiants les suiveurs. Dans le monde médiatique des influenceurs et de leurs adeptes, seuls les clics rapides des vidéos comptent. Les battements de cils, les émotions vives. La même astuce fonctionne ici comme dans la publicité.

La susceptibilité des masses, à l'origine du désastre du XXe siècle, prend-elle une nouvelle tournure ? Les contenus compliqués, les nuances, les contextes et les contradictions, les compromis sont étrangers au monde des médias.

C'est ce qui ressort également d'un appel stupide lancé par des activistes de l'internet contre le festival du court métrage d'Oberhausen. Il s'agit du plus ancien festival de courts métrages au monde, qui célèbre cette année son soixante-dixième anniversaire. De nombreux grands cinéastes ont commencé leur carrière ici avec des œuvres de jeunesse. Miloš Forman, Roman Polański, Martin Scorsese, István Szabó et Agnès Varda. Deux semaines après les célébrations du Hamas dans les rues de Berlin, le directeur du festival, Lars Henrik Gass, a écrit : "Un demi-million de personnes sont descendues dans la rue en mars 2022 pour protester contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie. C'était important. S'il vous plaît, envoyons maintenant un signal tout aussi fort. Montrons au monde que les amis du Hamas de Neukölln et ceux qui détestent les juifs sont une minorité. Venez tous ! S'il vous plaît !"

Ces propos ont suscité une réaction hostile sur l'internet. Un groupe anonyme l'a accusé de diaboliser la solidarité avec la libération palestinienne. Le groupe l'a assuré qu'il "encouragerait" la communauté internationale du cinéma à reconsidérer sa participation au festival. Un appel voilé au boycott, que de nombreux cinéastes ont suivi en annulant leurs engagements. Lars Henrik Gass dit à juste titre que nous vivons actuellement une régression du débat politique. Au lieu d'une pensée politique, c'est une compréhension ésotérique de la politique qui prévaut. Derrière cela, il y a le désir de cohérence et la pression pour se conformer. Sur la scène artistique également, il est devenu impossible de faire la différence entre défendre le droit à l'existence d'Israël et critiquer en même temps son gouvernement.

C'est pourquoi il n'est même pas envisagé que l'indignation mondiale face aux nombreux morts et à la souffrance à Gaza ne fasse pas partie de la stratégie du Hamas. Il est sourd et aveugle à la souffrance de son peuple. Sinon, pourquoi tirerait-il sur le poste frontière de Kerem Shalom, où arrivent la plupart des secours ? Sinon, pourquoi tirerait-il sur le chantier de construction d'un port temporaire, où l'aide humanitaire doit bientôt arriver ? Nous n'avons pas entendu un seul mot de sympathie pour la population de Gaza de la part de M. Sinwar et de M. Haniye. Et au lieu d'un désir de paix, ils n'ont que des exigences maximales qu'ils savent qu'Israël ne peut pas satisfaire. Le Hamas mise sur une guerre permanente avec Israël. Ce serait la meilleure garantie de sa pérennité. Le Hamas espère également isoler Israël sur la scène internationale, à n'importe quel prix.

Dans le roman de Thomas Mann "Doktor Faustus", il est dit que le national-socialisme a "rendu tout ce qui est allemand insupportable au monde". J'ai l'impression que la stratégie du Hamas et de ses partisans est de rendre tout ce qui est israélien, et donc tout ce qui est juif, insupportable au monde. Le Hamas veut maintenir l'antisémitisme comme un état d'esprit permanent dans le monde. C'est pourquoi il veut aussi réinterpréter la Shoah. La persécution nazie et la fuite vers la Palestine doivent également être remises en question. Et finalement, le droit à l'existence d'Israël. Cette manipulation va jusqu'à prétendre que la mémoire allemande de l'Holocauste ne sert que d'arme culturelle pour légitimer le "projet de colonisation" d'Israël par les Blancs occidentaux. Ces inversions anhistoriques et cyniques de la relation auteur-victime visent à empêcher toute différenciation entre la Shoah et le colonialisme. Avec toutes ces constructions empilées, Israël n'est plus considéré comme la seule démocratie du Moyen-Orient, mais comme un État modèle colonialiste. Et comme un éternel agresseur, contre lequel une haine aveugle est justifiée. Et même le désir de sa destruction.

Le poète juif Yehuda Amichai dit qu'un poème d'amour en hébreu est toujours un poème sur la guerre. Il s'agit souvent d'un poème sur la guerre au milieu d'une guerre. Son poème "Jérusalem 1973" rappelle la guerre du Kippour :

"Les hommes tristes portent le souvenir de
leurs proches dans leur sac à dos, dans leurs poches latérales
sur leurs ceintures de munitions, dans les sacs de leur âme,
dans de lourdes bulles de rêve sous leurs yeux".

Lors de la visite de Paul Celan en Israël en 1969, Amichai a traduit les poèmes de Celan et les a lus en hébreu. C'est là que deux survivants de la Shoah se sont rencontrés. Jehuda Amichai s'appelait Ludwig Pfeuffer lorsque ses parents ont fui Würzburg.

La visite en Israël a bouleversé Celan. Il rencontre des camarades d'école de Czernowitz en Roumanie qui, contrairement à ses parents assassinés, ont pu s'enfuir en Palestine. Paul Celan écrit à Jehuda Amichai après sa visite et peu avant sa mort dans la Seine : "Cher Jehuda Amichai, permettez-moi de répéter le mot qui m'est venu spontanément aux lèvres au cours de notre conversation : Je ne peux pas imaginer le monde sans Israël, et je ne veux pas non plus l'imaginer sans Israël".

Herta Muller

L'écrivain et lauréat du prix Nobel a lu ce texte lors du forum du 7 octobre sur la "culture juive en Suède", qui s'est tenu à Stockholm le 25 mai.


Nous recommandons également la lecture :

Dina Rubina - LETTRE OUVERTE. Foire aux questions, AHMED FOUAD ALKHATIB - LETTRE OUVERTE.

4.6 218 votes
Classement des articles

S'abonner
Notifier
invité

110 Commentary
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires
Mark Kantor
Mark Kantor
il y a 10 jours

Magnifiquement écrit, merci

Balázs
Balázs
Il y a 7 jours

La perfection.

Stephanus achète
Stephanus achète
Il y a 7 jours

Bien écrit et perspicace.

Erika Paneth
Erika Paneth
Il y a 7 jours

Très pratique et très informatif. Merci beaucoup.

B Z B
B Z B
Il y a 7 jours

Je vous remercie. De la part d'une troisième génération de survivants de l'holocauste et des pogroms, qui pensait que tout cela était derrière nous, je vous remercie pour vos paroles de sagesse.

Xris
Xris
Il y a 7 jours

unfassbarer Mist - La propagande israélienne atteint le niveau 10. Araberhasserin No. 1, wat ?!

Béatrice
Béatrice
Il y a 7 jours

Tout est dit.

Kat
Kat
Il y a 7 jours

Herta Mueller est l'un de mes écrivains préférés, mais avec cette pièce.... j'ai du mal à croire que c'est vraiment elle qui l'a écrit. Comment quelqu'un avec son histoire personnelle et si critique à l'égard de l'utilisation de la langue par l'État et les institutions a-t-il pu perdre son sens moral à ce point ? ? ???!
Cela ne vieillira pas bien... une tache sur son héritage qui restera à jamais.

Deborah Guth
Deborah Guth
Il y a 7 jours
Répondre à  Kat

Peut-être, puisque vous aimez ses écrits, devriez-vous réfléchir à ce qu'elle dit. Peut-être est-ce la partie de la gauche qui a acclamé le massacre d'Israéliens le 7 octobre qui a perdu son sens moral ? Un minuscule pays composé de survivants de la Seconde Guerre mondiale et de Juifs bannis des terres arabes doit-il être considéré comme un "colonisateur" ? Oui, l'ONU a déclaré l'État dans une partie de la Palestine mandataire, qui faisait auparavant partie de l'empire ottoman. De même, la Jordanie a été créée sur 70 % de la Palestine mandataire. Un morceau a également été proposé pour un autre État arabe. Les Arabes ont refusé et ont déclaré la guerre. La raison : chaque partie du territoire était une terre sainte musulmane. C'est ainsi que le Hamas voit toujours les choses. Il s'agit d'une guerre religieuse. Et vous vous identifiez à cela ? Et à leurs méthodes ?

Kat
Kat
Il y a 6 jours
Répondre à  Deborah Guth

Oui, évidemment, si vous osez ne pas être d'accord avec le fait que 36 000 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été assassinées, vous êtes évidemment en train d'encourager le Hamas. Vous êtes pathétiques au delà de l'imaginable....

Aysha
Aysha
il y a 5 jours
Répondre à  Kat

J'ose contester les chiffres donnés par le Hamas concernant les morts et les blessés.

Mike
Mike
il y a 5 jours
Répondre à  Aysha

Oh vraiment - combien de morts ne suffisent pas ?

Hans Ingvar
Hans Ingvar
Il y a 2 jours
Répondre à  Mike

Sinwar aurait qualifié les morts de civils de "sacrifices nécessaires" tout en citant les conflits liés à l'indépendance dans des pays comme l'Algérie

Chris
Chris
il y a 5 jours
Répondre à  Kat

"36 000 personnes, dont la plupart sont des femmes et des enfants" !?
Les dirigeants du Hamas des Palestiniens de Gaza ont fourni ces données et beaucoup semblent les avaler sans broncher. Le chiffre de 30 000 à 35 000 morts est peut-être juste, mais la répartition entre innocents et coupables, civils et combattants, femmes et hommes, mineurs et adultes est très probablement erronée ou déformée pour correspondre à l'ordre du jour du Hamas. Pensez à Herta Muller lorsqu'elle dit que "nos sentiments sont l'arme la plus puissante du Hamas" : Les idiots utiles qui soutiennent la Palestine en Occident apportent de l'eau au moulin du Hamas et font pencher la balance de la guerre de l'opinion publique contre Israël en jouant sur la masse des masses non éduquées, en s'appuyant sur l'ONU dirigée par le Sud, en surveillant les campus universitaires et la plupart des médias en Occident, exactement comme elle le décrit dans sa lettre.

Une stratification plus correcte du nombre de morts à Gaza est la suivante :
- environ 14 000 des morts étaient des combattants terroristes palestiniens actifs (ya'ani "militants") : principalement le Hamas et le Jihad islamique, mais aussi des membres de groupes terroristes moins importants, à savoir la Brigade des martyrs d'Al-Aqsa, le Front démocratique pour la libération de la Palestine, le Front populaire pour la libération de la Palestine, Harakat al-Sabireen, le Front de libération de la Palestine et même (surprise !) l'Organisation de libération de la Palestine (parce que beaucoup de ces derniers n'ont PAS été jetés du haut des toits par le Hamas en 2007). Étant donné que leur objectif sacré est la "destruction des Juifs" et que la "mort pour Dieu" est leur "vœu le plus noble", leur mort est le meilleur résultat pour eux-mêmes et pour Israël, ainsi que pour le monde moral/civilisé. Alors, qui trouve à redire à leur mort ? Probablement les idiots utiles de gauche de l'Occident et ceux qui détestent les juifs, comme l'auteur du commentaire auquel s'adresse la présente réponse.
(BTW, s'il y avait 35 000 combattants actifs le 6 octobre, il s'ensuit que 40 % d'entre eux sont maintenant morts, tandis que les autres comptent leurs jours en se cachant dans des tunnels souterrains ou en surface parmi les civils. Malheureusement, ce décompte n'est pas pertinent en fin de compte en raison de la réserve virtuellement infinie dont dispose le Hamas pour reconstituer les pertes au sein de la population civile de Gaza, soit environ 1,5 million de personnes "infinies" si l'on exclut évidemment les nouveau-nés, les enfants en bas âge et les enfants de l'école primaire, mais pas les adolescents (voir ci-dessous pourquoi).
- les ≈ 16 000+ restants étaient des combattants non actifs et se répartissent comme suit
o le personnel de soutien, dont un grand nombre d'adolescents (la plupart de sexe masculin, certains de sexe féminin) qui ont servi de mules pour transporter et faire passer en contrebande des armes, des munitions et des composants de rampes de lancement, et qui se sont donc retrouvés exposés à la puissance de feu des FDI ; étant donné que 50 % de la population de Gaza a moins de 18 ans, ce n'est ni une surprise, ni un fait à contester
o les hamulahs/familles qui ont entouré et fourni des boucliers humains aux combattants actifs/membres du Hamas et des groupes terroristes susmentionnés
o les civils gazaouis "innocents" qui, le 7 octobre, ont franchi en masse les ouvertures de la frontière pour se rendre dans les kibboutzim/villages ruraux israéliens, dans le sillage des ninjas à la tête bandée qui, à bord de camionnettes Toyota, ont violé, mutilé, puis tué des femmes et des jeunes filles israéliennes
o ces civils gazaouis "innocents", hommes et femmes, qui, le 10 juillet, ont félicité les terroristes qui rentraient dans la ville de Gaza avec des trophées de Juifs mutilés et des parties de leur corps, et qui se sont joints à la macabre liesse de la rue qui a suivi
o les civils gazaouis "innocents", hommes et femmes, qui ont gardé les otages kidnappés
o ces civils gazaouis "innocents", hommes et femmes, qui enseignaient les "humanités" et les "sciences" dans les écoles de l'UNRWA et qui, maintenant que ces soi-disant "écoles" n'existent plus, s'occupent de garder les otages kidnappés
o enfin, quelques vraies victimes civiles collatérales telles que des petits enfants vraiment innocents ; combien ? Probablement quelques milliers, mais personne ne connaît vraiment le chiffre exact, pas même le Hamas, même s'il voulait fournir des données correctes. Deux points à ce sujet :
1. Leur mort est regrettable, mais elle représente tout de même un rapport de 1:1 entre terroristes et non-combattants, ce qui est de loin le meilleur dans l'histoire, c'est-à-dire qu'il éclipse les rapports correspondants dans des scénarios de guerre comparables antérieurs :
- Lors de la bataille de Mossoul en 2016-2017 (la plus grande bataille urbaine depuis la Seconde Guerre mondiale), les forces de sécurité irakiennes dirigées par les États-Unis ont tué 10 000 civils pour détruire 4 000 ISIS dans la ville, ce qui représente un ratio de 1:2,5 entre le nombre de combattants et le nombre de civils tués.
- Lors de la bataille de Manille en 1945 (qui présentait certaines variables similaires à Gaza, comme le nombre élevé de défenseurs, de tunnels et d'otages), l'armée américaine a tué 100 000 civils pour détruire 17 000 défenseurs japonais, soit un rapport de 1 à 6 entre le nombre de combattants et le nombre de civils tués.
- Lors de la deuxième bataille de Séoul en 1950 (une autre bataille dont les variables sont similaires à celles des batailles de Gaza), les forces américaines ont probablement tué des dizaines de milliers de personnes (on ne sait pas combien de personnes sont mortes lors de la bataille de la ville sur les 2 millions de civils qui sont morts pendant la guerre) pour tuer 7 000 ennemis nord-coréens.
2. En mai 2024, les Nations unies ont admis avoir surestimé de 42 % le nombre d'enfants gazaouis dont la mort a été confirmée pendant la guerre. En mars 20024, le Fonds des Nations unies pour l'enfance a déclaré que 13 450 enfants avaient été tués, citant les chiffres du ministère de la santé de Gaza dirigé par le Hamas. À la mi-mai 20024, cependant, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a publié des chiffres actualisés selon lesquels 7797 enfants gazaouis étaient morts dans la guerre au 30 avril. Là encore, le décompte des "enfants" comprend également les adolescents terroristes et le personnel de soutien qui ont pris part aux combats et au soutien logistique.

La lauréate du prix Nobel Herta Muller écrit que "Gaza est une simple caserne militaire, un état profond d'antisémitisme souterrain", mais elle est trop gentille et trop prudente. Avec 94 % de haine juive exprimée dans le questionnaire et 99 % de position anti-israélienne, Gaza est en réalité le trou à rats le plus sombre de la planète, un culte sinistre de la mort et une orgie macabre quasi-unanime qui fait honte à l'ISIS et aux Talibans tous les jours de la semaine.
...et pourtant, selon le présent commentateur, c'est nous "les gens"( !) qui "sommes pathétiques au-delà de toute croyance" !

Diletta
Diletta
Il y a 4 jours
Répondre à  Chris

Une réponse fantastique ! Si seulement les idiots utiles, avec leurs réponses de perroquet, lisaient et apprenaient.

Lucia Kyshner
Lucia Kyshner
Il y a 2 jours
Répondre à  Diletta

Oui. Des idiots utiles, souvent titulaires de diplômes universitaires.

Helio Diamant
Helio Diamant
Il y a 4 jours
Répondre à  Chris

En ce qui concerne le nombre de victimes, l'ONU a déjà mis à jour le nombre de civils tués : L'ONU a déjà mis à jour le nombre de civils morts à environ 10 000 de moins que le nombre déclaré par le Hamas de 33 000. Et environ 16 000 d'entre eux sont des combattants ou des collaborateurs.

Le ratio civils/combattants morts dans cette guerre est donc d'environ 0,8:1, c'est-à-dire moins d'un civil mort pour chaque combattant. Le ratio moyen des Nations unies pour toutes les guerres depuis la Première Guerre mondiale est de 9:1.

Les armées du monde entier apprennent les méthodes utilisées par l'IDF pour minimiser les pertes civiles. Tous les autres peuples du monde devraient faire de même au lieu de dénigrer Israël sans aucune raison logique.

Alpry
Alpry
il y a 3 jours
Répondre à  Chris

Une hypothèse de cette longueur, rédigée avec autant d'assurance et de certitude, suggère que son auteur a pris connaissance des faits. Je serais très intéressé de voir les références des faits et des chiffres sur lesquels vous fondez votre argumentation.

Last edited 3 days ago by Alpry
Chris
Chris
Il y a 2 jours
Répondre à  Alpry

Références :
https://www.jns.org/un-blames-fog-of-war-for-major-overcounting-of-gazan-child-fatalities/
https://www.jewishpress.com/news/israel/idf/israel-releases-new-gaza-death-toll-claims-historically-low-civilian-deaths/2024/05/16/
https://history.army.mil/armyhistory/AH-Magazine/2023AH_fall/AH129.pdf
https://www.hoover.org/research/not-so-distant-mirror-what-battle-manila-during-world-war-ii-suggests-about-urban-combat
https://www.worldatlas.com/articles/second-battle-of-seoul-korean-war.html

Rose
Rose
Il y a 7 heures
Répondre à  Chris

Of course your sources are all Zionist propaganda 😁

Tony Hoffmann
Tony Hoffmann
Il y a 2 jours
Répondre à  Chris

Excellente réponse. Merci.

alan segal
alan segal
Il y a 2 jours
Répondre à  Chris

Chris, merci, merci. Il s'agit d'une recherche, d'une logique et d'une écriture brillantes. Je suis tout à fait d'accord avec toi.

JBS
JBS
Il y a 10 heures
Répondre à  Chris

Solid thinking. But it must be noted that this is also happening: “ Smotrich’s remarks are just the latest incendiary rhetoric from the far-right elements in Netanyahu’s cabinet. On Friday, National Security Minister Itamar Ben-Gvir expressed frustration that the Israel Defense Forces are arresting Palestinians instead of killing them.

“Why are there so many arrests?” Ben-Gvir allegedly asked during a cabinet meeting. “Can’t you kill some? Do you want to tell me they all surrender? What are we to do with so many arrested? It’s dangerous for the soldiers.””

https://www.mediaite.com/news/israeli-newspaper-calls-for-firing-of-top-netanyahu-minister-over-repeated-calls-for-genocide-of-palestinians/

Sophie Agivayev
Sophie Agivayev
Il y a 4 jours
Répondre à  Kat

Même le Hamas (ONU) a réduit de moitié le nombre de morts à Gaza.
Le Hamas ne veut pas la paix. Il tire son argent et son prestige de la guerre. Pourquoi n'ont-ils pas construit d'infrastructures pour la population de Gaza pendant toutes ces années, au lieu de cela, ils ont construit un système de tunnel pour les armes plus grand que le métro de Londres ?
Restez du bon côté de l'histoire. Libérez les otages 🎗

Lena shugar
Lena shugar
Il y a 14 heures
Répondre à  Sophie Agivayev

Talk about the hostages instead of the the deaths, this is a war!
For gods sake release the hostages they are the innoccent, shame on Hamas to use them for their own advantage. The world is mute about that!!

Hylt
Hylt
Il y a 11 heures
Répondre à  Kat

Kat allow me to challenge your comment for just a moment.
Firstly we “pathetic people” do not support death and destruction in any form. If you know us, really know us you will know our values.
However we do believe when Hamas attacks, no not attacks, that’s what a country does against another country. Massacres, rapes citizens including babies, we people take the human thing and speak out.
Study your history, and understand wars.
Consider someone attacking your home, raping you, your family, burning your home, how would your family react.
Finally even the biased UN have confirmed that the numbers are exaggerated, not that deaths on either side are good. But Hamas started this and Israel, yes we, your disgusting people are going to defend ourselves.
Ask yourself: am I anti-Semitic?
If you are not then place yourself in our position. Yes war is terrible but Israel did not start it.

Rose
Rose
Il y a 7 heures
Répondre à  Deborah Guth

It was Arab land and it was stolen. The Brits had no right to decide for the Arabs what they could have. This is colonialism.

AL de Chile
AL de Chile
Il y a 6 jours
Répondre à  Kat

Vous posez mal la question Kat... La bonne question est la suivante
Un petit article parfaitement écrit par ton auteur préféré qué
ne dit pas un seul mot de travers te produit une sensation professionnelle de mancha ? Vous êtes intelligent, vous savez que la mangue est dans votre œil.
La cause, que vous seul pouvez déterminer, n'est pas votre auteur préféré.
Ella conserva imdemnes. sus facultades

Sharon
Sharon
il y a 5 jours
Répondre à  Kat

C'est elle. S'il vous est si difficile de lire la vérité, vous devriez vous demander dans quel monde imaginaire je me trouve.
Pensez-vous vraiment qu'un pays démocratique occidental s'engagerait dans une guerre aussi brutale pour rien ?

Olga
Olga
il y a 5 jours
Répondre à  Kat

Kat, je me demande simplement quel est l'écrit d'Helen qui vous fait penser qu'elle a perdu son sens moral ? Pourriez-vous le citer ?

Kuijlaars Cees
Kuijlaars Cees
Il y a 4 jours
Répondre à  Kat

Et pourquoi considérez-vous qu'il s'agit d'une tache ?

alan segal
alan segal
Il y a 2 jours
Répondre à  Kat

Hé Kat, as-tu au moins lu ce qu'elle a écrit ? Il n'y a qu'une seule référence morale pour les Juifs qui défendent leur droit à l'existence, et elle tient en deux mots : "plus jamais ça". Je ne trouve pas de mots assez forts pour qualifier les défenseurs et les complices mal informés comme toi qui ont choisi le Hamas, l'islam radical et le terrorisme sauvage au détriment d'une démocratie moderne et du meilleur allié de l'Amérique au Moyen-Orient. Voici d'autres mots invisibles pour ceux qui répètent la propagande du Hamas : invasion, otages, boucliers humains, tunnels militarisés, charia, roquettes non provoquées, viols, corps de bébés brûlés, ces tactiques du Hamas consistant à déclencher une guerre non provoquée pendant un accord de paix définissent votre camp. la seule tache, c'est que vous les défendez.

Kat
Kat
Il y a 7 jours

Herta Mueller a entaché son héritage à jamais avec ce document de propagande.
Maintenant, allez-y, censurez mon commentaire comme vous l'avez fait pour le précédent !

Kat
Kat
Il y a 6 jours
Répondre à  Kat

Je reviens sur l'accusation de censure - je ne savais pas que le modérateur était apparemment une personne réelle qui dormait la nuit... c'est pourquoi mon premier commentaire a disparu (pour réapparaître ce matin). Ceci, combiné à l'unilatéralité des commentaires ici, par rapport à l'internet en général.

Erin Eldridge
Erin Eldridge
il y a 3 jours
Répondre à  Kat

Il est clair que vous ne pouvez pas supporter la vérité. Vous êtes la seule tache.

Gorm Peter Harste, dr.scient.pol. & dr. phil. Inst
Gorm Peter Harste, dr.scient.pol. & dr. phil. Inst
Il y a 7 jours

Les idées de Herta Muller sont évidentes. Cependant, Israël n'a pas été constitué sur les terres palestiniennes pour protéger les Juifs, mais par la doctrine Balfour du 2 novembre 1917 pour protéger la Grande-Bretagne et d'autres parties de l'Europe débordées pendant la Première Guerre mondiale des Juifs qui fuyaient les pogroms d'Alexandre III et, en particulier, la révolution simultanée en Russie. Le traumatisme de l'Holocauste est évident, mais il ne légitime pas le soutien britannique au nettoyage des villages et des villes de Palestine. Pour cela, lisez l'ouvrage de l'historien juif et professeur à Haïfa Illan Pappé, The History of Palestine, ou celui de Sharif Khalidi, Israel's Hundred Years War on Palestine. Le Hamas a radicalisé les Palestiniens parce qu'il était de plus en plus impossible de négocier une solution à deux États avec les gouvernements de droite d'Israël dans les années 1990, après l'assassinat orthodoxe d'Yitzhak Rabin en 1995.

Heidi Fenz
Heidi Fenz
il y a 1 jour

Les attentats suicides perpétrés dans les rues d'Israël par des Palestiniens dans les années 90 sont une indication plus forte de la montée de la droite en Israël et de l'assassinat de Rabin.

Rahul Goswami
Rahul Goswami
Il y a 22 heures

Cher Dr Harste, je pense que ce qui se passe généralement dans les sections de commentaires comme celle-ci, c'est qu'il y a une déclaration d'opinions bien arrêtées, mais peu de conversation.
Pour éviter cela, j'aimerais connaître votre point de vue sur les "terres palestiniennes". D'après mes connaissances sur la région, l'État moderne d'Israël est situé dans l'ancienne patrie du peuple juif, en particulier en Judée et en Samarie.
En ce qui concerne la doctrine de Balfour, qui a fait l'objet de nombreuses discussions, je dirais que vous avez raison de la situer dans le cadre de la politique générale de la Grande-Bretagne à l'égard de certaines parties de son empire en Asie.

Deborah Guth
Deborah Guth
Il y a 7 jours

Merci, Herta Muller, pour vos commentaires courageux (sans tendance) sur la situation. En Israël, outre le choc du 7 octobre lui-même, nous avons été complètement désorientés par la réaction occidentale parmi les universitaires, les étudiants et les artistes. Reste à savoir d'où viennent cette rage et cette haine. Tant de haine meurtrière.

Maggie
Maggie
il y a 5 jours
Répondre à  Deborah Guth

Le lavage de cerveau dans les universités occidentales soutenu par le Qatar.

Miri
Miri
il y a 5 jours

Je pense que c'est le meilleur article sur le sujet que j'ai lu aujourd'hui

Sharon
Sharon
il y a 5 jours

Merci pour cette voix claire et sincère !

Arnold Welber
Arnold Welber
il y a 5 jours

Très bien fait ! J'ai lu la lettre du début à la fin. Espérons que la lettre ouverte de Herta Muller sera lue par tous !

Mike
Mike
il y a 5 jours

Non, non, non ! Propagande sioniste, pleine d'ironie et de déni. Ou d'absurdités naïves. Ironie de parler d'un Iran intransigeant, tout en ne reconnaissant pas l'horreur des membres du gouvernement meurtrier d'Israël.

Erin Eldridge
Erin Eldridge
il y a 3 jours
Répondre à  Mike

La légitime défense n'est pas un meurtre.

Martin
Martin
Il y a 19 heures
Répondre à  Mike

Please, enlighten us. Which parts were propaganda, where is the denial? I’d love to hear your insights on this complicated subject that you surely know so much of.

Baum
Baum
il y a 5 jours

Danke !

Henry Greener
Henry Greener
il y a 5 jours

...il ne fait aucun doute que cette guerre a été planifiée précisément pour activer le soutien mondial au Hamas et l'isolement total et la haine d'Israël et des Juifs en particulier...veuillez lire et partager...

Amalia Liapi
Amalia Liapi
Il y a 4 jours

Écrivain éloquent et détaillé.

Helio Diamant
Helio Diamant
Il y a 4 jours

Excellent article, qui doit être diffusé dans le monde entier.

Sabina Paula
Sabina Paula
Il y a 4 jours

Ein sehr wichtiger Brief !
Merci beaucoup.
Il ne s'agit que d'une petite erreur :
Israël s'est effondré en 2005 à la suite de la catastrophe de Gaza, mais pas en 2007. En 2007, le Hamas a été démantelé.

Elizabeth Ziff
Elizabeth Ziff
Il y a 4 jours

c'est la vérité. Merci d'avoir pris la parole.

daria grimaldi
daria grimaldi
Il y a 4 jours

J'ai ressenti chaque mot. Cela fait partie de mon dialogue intérieur depuis que j'ai découvert, après le 7 octobre, les réactions insensées de certaines personnes...

Troy Davis
Troy Davis
Il y a 4 jours

D'accord, mais que propose-t-elle pour mettre fin à la folie et instaurer une paix solide ?

ekreg
ekreg
il y a 3 jours
Répondre à  Troy Davis

En avez-vous ?

susannc
susannc
il y a 1 jour
Répondre à  Troy Davis

Est-ce vraiment son rôle de rééduquer l'Iran à l'humanité ?

Ana
Ana
Il y a 21 heures
Répondre à  Troy Davis

Je suppose qu'il y en a partout dans son article. Cherchez bien, pensez par vous-même, si vous osez et savez le faire, et accrochez-vous à la vérité pour empêcher le mensonge de devenir effronté et remplacer cette vérité. Ne laissez pas la raison mourir. Doit-elle être suffisamment puissante pour définir une ligne d'action ?

Bosse Robertsson
Bosse Robertsson
Il y a 4 jours

D'après ce que j'ai vu, les principaux dirigeants du Hamas sont des hommes extrêmement riches vivant au Qatar. Pourquoi ne discute-t-on pas de l'origine des fonds destinés au terrorisme ?
Arabie saoudite, Qatar, Dubaï.
Les économies et les nations occidentales ont-elles peur de les défier ? Il y a toujours de l'argent derrière le mal.

Ina Schoenegge-rezaee
Ina Schoenegge-rezaee
Il y a 4 jours

Merci pour ce beau texte et ces mots importants.

bob ridgeway
bob ridgeway
Il y a 4 jours

Les médias occidentaux de gauche ont tendance à oublier le 7/10 et à se contenter d'affirmer que l'attaque contre le Hamas est une forme de terrorisme de la part des forces israéliennes, ce que soutiennent bien sûr les manifestants. Ceux qui crient et hurlent contre les clients à Cardiff ou brisent les vitres de la banque Barclays à Bury sont de simples marionnettes du Hamas. Le problème au Royaume-Uni est que nous sommes une société libérale accueillante à tous, dont le système de vote libre et la démocratie sont utilisés contre nous. L'élection de plusieurs conseillers antisémites soutenant le Hamas est une honte. Le maire de Londres et plusieurs députés travaillistes ne cachent pas leur soutien à l'OLP.

Liz Hartzman
Liz Hartzman
Il y a 4 jours

Beaucoup d'Américains et de gens dans le monde entier ont besoin d'une éducation sur le Moyen-Orient. Je vous remercie de votre attention.

Laura Fehlmann
Laura Fehlmann
Il y a 4 jours

L'antisémitisme se comporte comme une tache de plomb. Qui l'a compris ? Les attentats ont été évités, les terroristes ont été abattus. Merci pour votre réponse.

Jay Duke
Jay Duke
Il y a 4 jours

Article remarquable, merci.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments distingués,
4e génération de membres de familles persécutées par le 3e Reich nazi.

Sophie Agivayev
Sophie Agivayev
Il y a 4 jours

Israël a quitté Gaza dès 2005. En 2007, le Hamas a été élu et a mis en place son terrible régime.

Katy Morgan-Davies
Katy Morgan-Davies
il y a 3 jours

Merci beaucoup pour cet article magnifique et déchirant. De nos jours, les gens ont vraiment oublié les leçons de l'histoire.

Alice Davis
Alice Davis
il y a 3 jours

: "Israël a subventionné le Hamas à Gaza pendant des années parce que cela renforçait son argument contre un État palestinien. C'était une erreur de calcul absurde et tragique. Israël a évidemment le droit de se défendre, mais M. Muller semble considérer les horribles pertes de vies civiles à Gaza comme de simples dommages collatéraux. Après le 7 octobre, Israël avait la majeure partie du monde de son côté. Netanyahou et sa bande d'extrémistes ont réduit cette sympathie à néant. Les Nations unies ont reconnu les deux parties coupables de crimes de guerre.

Hans Ingvar
Hans Ingvar
Il y a 2 jours
Répondre à  Alice Davis

Yahia Sinwar aurait qualifié les morts de civils de "sacrifices nécessaires", tout en citant les conflits liés à l'indépendance dans des pays comme l'Algérie.

Lynne
Lynne
il y a 3 jours

Essai brillant d'un bout à l'autre, mais surtout la référence à Thomas Mann.

Alaine Apap Bologna
Alaine Apap Bologna
il y a 3 jours

Cet article devrait être publié dans tous les (mauvais) journaux de référence ! Merci beaucoup, Herta Muller, pour votre courageuse prise de position en faveur de la démocratie et de l'antisémitisme.

a.L.
a.L.
il y a 3 jours

merci

peter reimer
peter reimer
il y a 3 jours

Les atrocités commises par le Hamas contre des Israéliens le 24 octobre 2007 ont été brutales. La réponse israélienne a été brutale. L'Iran, son soutien au Hamas et son désir d'anéantir Israël constituent une brutalité à la fois réelle et imaginaire. Israël répondra avec une force brutale pour assurer sa survie au Moyen-Orient. La religion et la politique font ressortir la brutalité de l'humanité.

Le soutien politique américain à Israël exige un certain degré de "loyauté à toute épreuve", tout en mettant Israël et le Hamas au défi de trouver un moyen moins brutal de résoudre les tensions.

Je ne sais pas si le public américain dans son ensemble, les étudiants universitaires ou d'autres manifestants anti-israéliens, peuvent légitimement exprimer leur protestation anti-israélienne avec beaucoup d'intégrité.

L'Amérique est assise sur sa propre version de la Shoah, l'anéantissement historique et le génocide des Indiens d'Amérique, premiers habitants du continent. Le génocide historique de l'Amérique n'est ni reconnu ni résolu. Il ne s'agit pas d'un événement unique, mais plutôt d'une oppression et d'une occupation continues d'une terre arrachée aux Amérindiens par la violence de l'État, sous les auspices d'un Dieu aimant. Religion et politique.

Les manifestants anti-israéliens américains sont des acteurs involontaires qui remplissent les rôles d'auteur et de spectateur de Lanzmann. L'Holocauste américain se poursuit.

Avi
Avi
il y a 3 jours

Chère Herta Muller,
J'ai lu attentivement votre lettre ouverte et la prise de conscience qui s'est formée en moi au cours des derniers mois ne fait que se renforcer.
Nous traversons la crise psychologique la plus grave depuis que l'homme a foulé le sol de la planète. Cette crise a été accélérée de manière alarmante par les médias sociaux et l'ensemble de la presse mondiale.
La crise psychologique qui se déroule actuellement dans toutes les formes de médias ne peut être comparée à la forme de la crise psychologique qui s'est produite avec la montée des nazis. Ce qui se passe dans chaque monde, et en particulier en Occident, est beaucoup plus grave parce que les conflits internes et les contradictions que chacun porte en soi sont très difficiles à gérer pour l'intellect mécanique et l'émotion.
Les médias ne font qu'exacerber les conflits internes de la manière la plus cynique qui soit.
Au cours de cette période, beaucoup se posent la question suivante : "D'où vient cet antisémitisme ? D'où vient ce flot d'antisémitisme ?
Je ne peux m'empêcher de remarquer, au milieu de tout ce flot antisémite qui se déploie actuellement, des souvenirs dormants qui ont été réveillés à l'époque de l'Inquisition de l'Église catholique espagnole, qui a entraîné le meurtre de centaines de milliers de Juifs et la déportation des Juifs d'Espagne et du Portugal, ainsi que l'invention de superstitions sur les Juifs qui survivent encore aujourd'hui dans toute l'Europe et dans diverses parties du monde.
N'y a-t-il personne qui se demande ce qu'est la pensée ?
Aussi étrange que cela puisse paraître, personne ne remarque qu'une crise psychologique très grave est en train de se produire et pas un seul psychologue ou psychiatre n'est entendu dans les médias.
Pourquoi ?
Parce qu'ils ne savent rien du fonctionnement de la pensée.
Dans aucun pays, on n'apprend aux enfants à développer l'attention et à éviter la tautologie qui déforme complètement le cerveau.
Si l'école enseignait cela, il est probable que la dictature et la religion ne pourraient pas relever la tête car elles sont basées sur une théologie qui crée une logique circulaire superficielle à partir de laquelle la croyance devient un fait.
Les enfants d'hier sont devenus les adultes d'aujourd'hui avec un contenu mental mécanique bien façonné par la société qui inclut la tautologie, les superstitions et les souvenirs du passé.
Derrière le blâme, le jugement, l'antisémitisme et le racisme se cachent toujours un conflit psychologique interne et une contradiction, ainsi que la logique circulaire créée par la tautologie.

Anders
Anders
il y a 3 jours

Merci de voir si clairement et d'avoir le talent de l'écrire.

Alpry
Alpry
il y a 3 jours

La vérité sur ce qui se passe au Moyen-Orient ne peut être présentée dans une lettre ouverte, un livre, un documentaire ou même un symposium, quelle que soit la qualité de la préparation, de l'écriture ou de la notoriété de l'auteur. Cela nécessite une lecture approfondie de l'histoire de la région, vieille de plusieurs milliers d'années. C'est une histoire extrêmement compliquée, trop compliquée pour être résumée et utilisée comme le fait l'auteur ici, pour apparemment justifier les actions du gouvernement israélien et condamner le Hamas,
Le 7 octobre a été une tragédie, l'action du Hamas est méprisable au-delà des mots, mais la guerre est toujours une tragédie, et ceux qui souffrent le plus sont les gens ordinaires. Au lieu de se disputer en ligne, il serait bien plus utile d'apprendre ce qui a fait de cette région un tel gâchis. Cela signifie qu'il faut remonter bien avant le 7 octobre ou même Balfour.

Last edited 3 days ago by Alpry
Jehoshua Regev
Jehoshua Regev
il y a 3 jours

Cher Herta .
Tout ce que vous écrivez est écrit à 100 pour cent, le seul défaut à mon avis, c'est que c'est trop long et que la plupart des gens n'ont pas la patience de le lire jusqu'à la fin.

max roytenberg
max roytenberg
il y a 3 jours

Une analyse approfondie de l'état de notre monde en 2024. Max

Lynda Schor
Lynda Schor
il y a 3 jours

Merci!🌹

Eric Muehlbauer
Eric Muehlbauer
il y a 3 jours

Israël devrait se comporter comme un grand frère et non comme une brute, comme ce fut le cas au cours des 75 dernières années, tant qu'il ne le fera pas, il n'y aura pas de paix.

Last edited 3 days ago by Eric Muehlbauer
Lena shugar
Lena shugar
Il y a 8 heures
Répondre à  Eric Muehlbauer

Big bully? Israel is just a sliver of a country, surrounded by the real big bullies.they are surrounded by enemies on all sides, really now think a little deeper, who are the real bullies!

Eilina Gusatinsky
Eilina Gusatinsky
il y a 3 jours

Dans le passé, les gens détestaient les Juifs en raison de leur religion. Lorsqu'il est devenu impossible de haïr pour leur religion, les Juifs ont commencé à être haïs pour leur race. Maintenant qu'il est devenu impossible de haïr les gens pour leur race, les Juifs sont haïs parce qu'ils ont un État et qu'ils le défendent.

Angelo
Angelo
Il y a 2 jours

Intelligent et malheureusement très vrai

Last edited 2 days ago by Angelo
Tony Hoffmann
Tony Hoffmann
Il y a 2 jours

C'est bien dit. Une voix de la raison dans un monde de fous. L'humanité est confrontée à une menace sérieuse de la part de l'Islam qui veut faire reculer l'horloge du progrès de 1300 ans et nous plonger dans la servitude d'une version haineuse de Dieu.

Joel Sprechman
Joel Sprechman
Il y a 2 jours

Il existe deux forces dans le monde
La force de connexion
La force de séparation

Les gouvernements jouent à des jeux de guerre, avec les gens comme pions. Il s'agit d'un traumatisme multigénérationnel qui est revécu à travers les actions d'aujourd'hui. Si cela continue, de plus en plus de personnes devront faire face à leurs seuls démons traumatiques.

Une vie plus paisible et plus joyeuse peut-elle exister pour tous les humains ?

Traitez-moi d'idéaliste, mais pourquoi les gouvernements ont-ils des cabinets de guerre, mais pas de cabinets de paix ? Jeu à somme nulle. Il n'y a pas de gagnant à la guerre.

J'ai trouvé cette courte vidéo utile :
Et si nous nous concentrions davantage sur la paix que sur la division que les gouvernements encouragent ? Les citoyens sont des pions dans leurs jeux.

J'ai trouvé cette courte vidéo utile pour la situation

ADMISSIONS
Un court métrage primé sur le pouvoir de guérison du pardon, après un événement survenu en Israël et à Gaza.

Écrit et produit par John Viscount, cofondateur de PeaceNow, "Admissions", avec James Cromwell, nommé aux Oscars, a remporté 26 prix internationaux. Il a été traduit en allemand, en arabe, en italien, en espagnol, en hébreu et en farsi et a été diffusé dans 80 millions de foyers à travers le monde. Il fait désormais partie du programme de renommée mondiale du Stanford University Forgiveness Project et continue d'être projeté dans le monde entier. La chanson originale du générique de fin, "The Time Is Now", a été finaliste des Global Peace Song Awards.

Nous vous invitons à visionner gratuitement ce célèbre film de 20 minutes pour la paix :
https://www.peacenow.com/admissions/#

Ana
Ana
Il y a 21 heures
Répondre à  Joel Sprechman

J'ai observé et je suis d'accord. Mais il faut travailler dur, dur, dur. Je vous remercie.

Elika
Elika
Il y a 2 jours

Tout à fait d'accord. En lisant, j'ai pensé que la première période plus tangible où la pensée indépendante a été interdite et où le collectif forcé a formé les gens, c'était pendant la pandémie de covidie 19. Comme jamais auparavant, les influenceurs et les personnalités publiques ont été utilisés pour imposer les bons récits aux masses. Les nuances et le droit au doute étaient interdits. Tout ce qui sortait du cadre était ridiculisé, vilipendé, annulé. Les libertés fondamentales et la dignité humaine de l'individu ont été attaquées sous prétexte que la société est plus importante que l'individu. C'est l'époque sombre de la censure et du pouvoir de l'État. Avant cela, il s'agissait de la politique d'acceptation sans critique des immigrants, de l'ouverture des frontières à tous les arrivants. Légaux ou illégaux. Là encore, pas de nuances, pas de critères. Soit vous êtes d'accord, soit vous êtes intolérant. Nous sommes tenus d'être tolérants à l'égard de masses largement intolérantes. Et aujourd'hui, l'hypocrisie de la gauche atteint son paroxysme lorsqu'elle choisit de se solidariser avec les terroristes et de répéter leurs refrains.

George
George
Il y a 2 jours

Elinquant, perspicace et touchant. Merci !

Yosi Levi-Sfari
Yosi Levi-Sfari
Il y a 2 jours

Merci pour ce beau texte et cette voix si claire


Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.

Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur le droit d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

110
0
J'aimerais avoir votre avis, n'hésitez pas à commenter.x
wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !