Le témoignage de Nili Margalit, la sœur de Nir Oz, depuis la captivité
   Temps de lecture - 10

Le témoignage de Nili Margalit, l'infirmière de Nir Oz, depuis la captivité

Une femme, infirmière de profession, crée seule une clinique dans un tunnel au cœur de Gaza. - Nili Margalit, qui est devenue infirmière et a aidé des personnes enlevées en captivité, raconte pour la première fois comment elle a survécu et aidé d'autres personnes à survivre. - Elle parle également de la dernière étreinte qu'elle a donnée à Jordan Biebs, le père d'Ariel Kafir, qui a été abandonné : "Jordan veut espérer que sa famille n'a pas été capturée".

Nili Margalit a été enlevée dans les tunnels de la bande de Gaza avec sa profession : infirmière. C'est la seule chose que le Hamas n'a pas pu lui prendre. Là, à 40 mètres sous terre, elle s'est retrouvée à prodiguer des soins médicaux à des personnes qui étaient ses voisins depuis des années dans le kibboutz Nir Oz. "Je pense que cette profession m'a permis de rester en sécurité. Je suis infirmière depuis 12 ans et c'est un peu ce que je suis. C'est une part importante de mon identité - aider les gens et prendre soin d'eux. J'adore ça.

N12 : Le témoignage de Nili Margalit

Elle est revenue il y a un mois, mais le "changement" qui a commencé à Gaza n'est pas encore terminé pour elle - elle ne peut plus s'occuper de ceux qui s'y trouvent - mais elle peut être la voix de ceux qui étaient avec elle en captivité et qui sont restés derrière : Jordan Biebs, et les membres de son kibboutz - Haim Perry, Alex Danzig et Yoram Metzger .

Elle est restée pour le "travail" dès le premier instant. Elle a été enlevée chez elle, dans le kibboutz Nir Oz, et s'est retrouvée dans un tunnel au fin fond de la bande de Gaza. Elle y a rencontré d'autres personnes enlevées dans une "enceinte" commune. "Ils ont demandé à ce que l'on dresse une liste des médicaments des personnes présentes", raconte-t-elle. Dès le début, je me suis portée volontaire, j'ai dit : "S'il vous plaît, s'il vous plaît, s'il vous plaît, s'il vous plaît" - je suis infirmière. J'ai dit : donnez-moi la feuille et le stylo et je ferai la liste".

récits de femmes qui ont vécu 50 jours en tant qu'otages

Écoutez les récits de femmes qui ont vécu 50 jours en tant qu'otages. Considérez les défis profonds auxquels ces jeunes femmes doivent faire face après plus de 90 jours de captivité. #BringThemHomeNow

Ainsi, à l'intérieur des tunnels, Neely se retrouve à marcher dans les tunnels et à remplir une page avec les noms des médicaments que les personnes enlevées demandent. C'est la dernière fois qu'elle voit toutes les personnes enlevées. Après cela, les personnes enlevées sont réparties dans des enceintes et Nili se retrouve dans l'enceinte avec les adultes de Nir Oz, mesurant la pression artérielle, injectant une perfusion - une infirmière en service.

"À un moment donné, un sphygmomanomètre est arrivé et j'ai pris des mesures. J'ai dit que j'avais besoin d'une feuille de papier et d'un stylo et, en gros, j'ai noté chaque personne le matin et le soir, et quelle était leur mesure. Au début, la pression artérielle était très élevée, la pression artérielle de la salle de choc, j'ai utilisé ces mesures pour leur montrer à quel point il était urgent que les médicaments arrivent. Au bout de trois jours, un sac de médicaments arrive à la captive, contenant certains des médicaments qu'elle a demandés, mais en petites quantités. Neely comprend qu'à partir de maintenant, il faudra aussi décider comment les répartir entre les personnes présentes dans l'enceinte.

Adina Moshe
Adina Moshe, qui était en captivité avec Nili Margalit, a été libérée Photographie : עובדה

"Je suis un tel régime. Je vérifie si le médicament est approprié ou non, si je dois donner un comprimé le matin ou en ajouter le soir", se souvient-elle. "Tami avait de nombreuses blessures dues à la moto, elle est tombée de la moto et ses blessures se sont infectées, elle a donc pris des pilules et cela n'a pas aidé.

Lorsque les antibiotiques ne suffisent pas, Neely se souvient d'une autre méthode de désinfection des plaies qu'elle a apprise aux urgences. "J'ai vu du miel dans un placard", dit-elle. "Et je me suis souvenue qu'il existait un tel pansement, un pansement au miel, qui, par une sorte de processus chimique, attire toute l'infection de la plaie. J'ai donc dit : "D'accord, il y a du miel ici, essayons-le, je ne sais pas ce qui va se passer à la fin, je n'ai rien d'autre", et ça a marché, c'était comme de la magie.

Mais au fil des jours, l'état de santé se détériore et le stock de médicaments s'épuise. Je préviens à l'avance : "Je n'ai pas de médicaments, j'ai besoin de médicaments", et j'insiste, je leur mange la tête, comme si je leur faisais peur : "Quoi, vous voulez qu'il meure maintenant ?".

Yoram Metzger, Haim Perry et Alex Danzig
Yoram Metzger, Haim Perry et Alex Danzig, qui étaient en captivité avec Nili, ont été abandonnés Photographie : עובדה

Outre les captifs et les personnes enlevées, de hauts responsables du Hamas passent également par l'enceinte, dont Nili n'apprendra les noms qu'après son retour en Israël, mais pour elle, ils représentent également un objectif légitime, et cela vaut la peine d'obtenir plus de médicaments. Ils criaient, ils donnaient moins d'heures de lumière, ils ne nous laissaient pas allumer de ventilateurs, et ne pas allumer de ventilateur dans cet endroit, ce n'est pas facile, c'est dur. Ils se sont mis en colère contre moi, ils m'ont demandé pourquoi j'allais voir les personnes âgées pour leur dire qu'il n'y avait pas assez de médicaments.

Jordan Bibbs était l'une des douze personnes enlevées dans la petite enceinte où elle était détenue. Yordan, le plus jeune du groupe, a été le premier à quitter la maison du kibboutz. En partant, il a embrassé Kafir, Ariel et Shiri et pensait les protéger en quittant la maison en même temps que les ravisseurs. "Ils n'ont pris que Jordan. Nous espérions qu'ils ne prendraient pas Shiri et les enfants parce qu'ils avaient déjà pris Jordan - alors qui prendrait un enfant de 10 mois ?

"Nous n'avons pas vu la photo de Shiri, nous ne savions pas, nous n'avions aucune idée", décrit-elle. "Jordan ne savait pas. Il veut espérer qu'ils n'ont pas été capturés, et il pense beaucoup à eux." Selon elle, à un moment donné, des membres du Hamas lui ont même dit qu'ils les avaient vus à Tel-Aviv pour qu'il cesse de s'inquiéter. "Il leur a demandé à quoi ils ressemblaient et ils lui ont répondu : "Ce sont des enfants aux cheveux roux" - nous ne pensions pas qu'il existait une vidéo d'eux, que tout le monde savait à quoi ils ressemblaient.

Le moment où elle a été informée qu'elle était libérée a également été l'un des moments les plus difficiles qu'elle ait vécus là-bas. À ce moment-là, des membres du Hamas sont arrivés en Jordanie avec des caméras pour l'enregistrer, tout en profitant de sa grande inquiétude pour les membres de sa famille et en lui racontant des détails, qu'Israël dit ne pas avoir vérifiés, sur ce qui leur est arrivé. À ce moment-là, Neely est sur place. "Au début, ils ont insisté pour que Yoram et moi lui disions. Je n'étais pas d'accord et j'ai dit à Yoram : 'Tu ne dis pas une chose pareille, il veut lui dire une chose si terrible - laisse-le le regarder dans les yeux et lui dire lui-même'. Il connaît l'hébreu et n'a pas accepté de lui dire en hébreu, il lui a dit en arabe et Yoram a traduit".

Elle témoigne que pendant ce temps, elle pleurait et tremblait sur le banc de touche, ayant du mal à être témoin de la situation. "Ils lui disent quoi dire, ils lui disent que Netanyahou n'est pas là et qu'il faut relâcher les corps", répète la personne à l'origine de la vidéo qu'ils ont distribuée. Une minute plus tard, elle est emmenée, non sans avoir serré Jordan dans ses bras - et avoir été relâchée.

Aujourd'hui, un peu plus d'un mois après sa rupture, il semble que Neely ait décidé de revenir lentement à la vie. Elle emménage dans un nouvel appartement à Kiryat Gat et n'est pas encore prête à visiter le kibboutz ou même à voir des photos, tant que les autres personnes enlevées sont là où elle les a laissées. "Nous sommes encore au cœur de l'événement", explique-t-elle. "Et la seule façon pour cette communauté de se remettre, la seule façon pour nous de mettre de côté ce traumatisme et de nous en relever, de commencer à nous en relever, c'est que tout le monde revienne.

N12 : Le témoignage de Nili Margalit


Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !