Le Hamas m'a torturé pour dissidence
   Temps de lecture - 8

Le Hamas m'a torturé pour dissidence. Voici ce qu'ils pensent vraiment des Palestiniens

Par Hamza Howidy Palestinien de la ville de Gaza


Je suis né dans la bande de Gaza à la fin des années 1990, l'un de mes six enfants. À l'époque, l'Autorité palestinienne était le parti au pouvoir. Mon père, comme la plupart des habitants de Gaza, en avait assez de la corruption de l'AP et attendait une alternative. Le Hamas a promis "le changement et la réforme" et a remporté les élections du Conseil législatif palestinien en 2006. Un an plus tard, je me suis réveillé au son des coups de feu. Les hommes armés du Hamas combattaient le Fatah et ont fini par tuer plus de 600 Palestiniens. Il est très vite apparu que le Hamas n'était pas le "changement et la réforme" que nous espérions.

Le Hamas et le Fatah écrasent-ils les dissidents ?

Pour faire taire les dissidents, le Hamas a terrorisé les citoyens de Gaza. Sur le chemin de l'école Dar-Alarqam que je fréquentais dans le quartier d'al-Shujaiya, près de la frontière israélienne, un groupe d'hommes masqués portant des kalachnikovs contrôlait chaque voiture. À la fin de l'année, des hommes masqués ont ouvert des bureaux dans notre école pour promouvoir les camps militaires du Hamas et enregistrer les élèves.

J'ai obtenu mon diplôme et commencé mes études à l'université islamique de Gaza, avec les futurs dirigeants et membres actuels du Hamas. Tous les cours d'art ont été remplacés par des enseignements islamiques radicaux, et les élections des conseils et clubs d'étudiants n'étaient ouvertes qu'aux membres du Hamas, qui s'accaparaient tous les privilèges et se répartissaient toutes les subventions.

Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence
Le Hamas m'a torturé pour dissidence

L'expression d'un désaccord n'était pas envisageable. Le Hamas applique une politique de tolérance zéro à l'égard des critiques ou des objections à l'une ou l'autre de ses politiques. Tout journaliste qui s'oppose ou critique une politique est suspendu et fait l'objet d'une enquête. Les manifestations sont strictement interdites. La liberté d'expression à Gaza est un fantasme. L'outil le plus sale utilisé par le Hamas pour réduire les citoyens au silence est la diffamation, par le biais de campagnes en ligne accusant les dissidents de travailler pour des organismes hostiles ou de commettre des actes immoraux. Le Hamas s'introduit aussi régulièrement dans les maisons des personnes jugées déloyales et les humilie devant leur famille et leurs voisins.

En tant qu'étudiant, j'ai observé tout cela avec une horreur croissante. L'oppression du Hamas sur les citoyens palestiniens de Gaza s'est accrue et la qualité de vie s'est détériorée. L'agression du Hamas contre Israël s'est traduite par une diminution du nombre de permis de travail et par une limitation de l'électricité à Gaza, que nous ne recevions que huit heures par jour. L'économie s'est effondrée. Les conditions sociales et économiques se sont effondrées.

Hamas
Des membres masqués du mouvement islamique Hamas se tiennent sur l'épave d'un bus brûlé, qui sert de barricade, et s'adressent à la foule lors d'une manifestation dans la ville de Gaza. Patrick BAZ / AFP

Un énorme fossé social s'est creusé entre l'élite riche qui appartient au Hamas et le reste de la population qui vit de plus en plus dans la misère. Les emplois du secteur public étaient réservés aux membres du Hamas et les taxes sur les produits de première nécessité augmentaient de jour en jour, alors même que le coût de la vie montait en flèche.

Beaucoup d'entre nous n'en pouvaient plus. J'étais l'un d'entre eux.

Bien que nous sachions que les dissidents étaient sujets à l'emprisonnement, à la torture et même au meurtre, en 2019, quelques-uns d'entre nous ont décidé d'unir leurs forces et de former une manifestation pour exprimer leur opposition au Hamas. Nous avons appelé cette manifestation "Nous voulons vivre". Notre manifestation a suscité une réaction extrême de la part du Hamas. Il a violemment rép rimé les manifestations et nous avons tous été arrêtés.

Le Hamas m'a torturé pour dissidence

Je n'oublierai jamais mon premier jour en prison : je montais les marches en écoutant les cris de mes collègues, pour la plupart des étudiants, qui avaient été arrêtés avant moi. J'ai été maintenu en état d'arrestation pendant 21 jours et soumis à différents types de torture. J'ai été battu à coups de matraque et aspergé d'eau froide à la fin de la nuit d'hiver. Mes amis n'ont pas été beaucoup mieux lotis. Un ami chrétien se trouvait dans la cellule voisine et je pouvais les entendre lui crier : "Tu es chrétien et tu n'aimes pas la situation ? Alors va dans un autre pays !"

Après notre libération, la plupart de ceux qui avaient participé aux manifestations ont émigré loin de Gaza. Il n'y avait aucun espoir de changement dans la situation actuelle. Nous avons subi un harcèlement permanent de la part des membres du Hamas. Certains sont morts en essayant de partir, comme Tamer Al-Sultan, un pharmacien dont le crime était de demander une réconciliation entre le Hamas et le Fatah.

Les conditions de vie de la population se sont dégradées. L'écart de richesse s'est encore creusé. Nous avons de nouveau manifesté en 2023 et avons été écrasés de la même manière qu'en 2019. J'ai de nouveau été arrêté par le Hamas l'année dernière et détenu pendant 14 jours, cette fois dans une petite cellule sans lit, sans fenêtre et avec à peine assez d'espace pour s'asseoir. J'ai été libéré sous caution à condition de ne plus participer à aucune manifestation.

J'exprimais encore occasionnellement mon opinion sur les médias sociaux, mais les mandats d'arrêt après chaque message, les menaces permanentes des membres du Hamas et les accusations de trahison m'ont fait perdre l'espoir de pouvoir changer quoi que ce soit. J'ai quitté Gaza en août, à la recherche d'un avenir meilleur pour moi et ma famille.

Naama Kibbutz Nahal Oz
Naama dormait au kibboutz Nahal Oz.

Pendant tout ce temps, le Hamas prévoyait d'étendre son extrémisme et son intimidation. Ils savaient ce qui se passerait à la suite de leur massacre du 7 octobre, lorsqu'ils ont attaqué des civils israéliens, et Israël a répondu par une guerre massive visant à détruire le Hamas, qui a anéanti de grandes parties de la bande de Gaza.

Aujourd'hui, tous les habitants de la ville sont punis pour les actions du Hamas.

Je pense qu'il est difficile pour les Israéliens de comprendre qu'il y a beaucoup d'innocents à Gaza qui ont souffert autant qu'eux de la méchanceté du Hamas. Je comprends ces Israéliens. Au cours de ma vie en tant que Gazaoui, la seule chose que je croyais à propos des Israéliens était qu'ils nous haïssaient tous et qu'ils voulaient nous éliminer en tant que Palestiniens.

Aujourd'hui, je le sais mieux. Après avoir critiqué le Hamas pour ses actes horribles du 7 octobre, je me suis lié d'amitié avec des Israéliens pour la première fois de ma vie. Il s'avère que beaucoup d'entre eux, comme moi, souhaitent simplement la fin de ce conflit pour pouvoir vivre en paix. Ces amitiés m'ont ouvert les yeux sur leurs souffrances. Je comprends mieux ce qu'ils pensent et j'ai décidé de ne jamais porter de jugement avant d'avoir écouté l'autre partie.

J'espère que mes nouveaux amis pensent la même chose des nombreux habitants de Gaza qui vivent sous la botte de l'oppression du Hamas.

Nous, les Palestiniens, avons un dicton : "L'espoir naît du ventre de la souffrance". J'espère qu'après la guerre, qu'après la défaite du Hamas, nous pourrons instaurer une paix réelle et durable pour les Palestiniens et les Israéliens. De nombreux habitants de Gaza prient également pour cela.

Hamza Howidy est un Palestinien de la ville de Gaza. Il est comptable et défenseur de la paix.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur.

Newsweek


Nous vous demandons de continuer à diffuser la vérité avec nous. Le monde doit savoir ce qui se passe au Moyen-Orient.
Photo publiée en vertu de l'article 27a de la loi israélienne sur les droits d'auteur. Si vous êtes le propriétaire de cette photo, veuillez contacter notre site web.

dons
class="wp-image-4284"

N'OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE

Une lettre d'information quotidienne sur les dernières nouvelles. Nous n'envoyons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.

Tags

Il n'y a pas encore de contenu à montrer ici.

wpSolution Live Chat

Écrivons une histoire ensemble !